"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Patrimoine

EN CANOË DE PARIS À RENNES AVEC UN PRIX NOBEL DE MÉDECINE

Le 19 juin 1925, le Rennais René Patay dit le Héron partit de Paris (L’île aux Loups) avec son camarade André Lwoff (futur prix Nobel de Médecine) à bord d’un canoë Cigogne, acheté d’occasion. Tous deux voulaient rejoindre Rennes. A la barre et à l’aviron, ils remontèrent la Seine, jusqu’au-dessus de Melun pour rejoindre le Loing, le canal d’Orléans puis la Loire (un peu en amont d’Orléans). “Ce fut ensuite la descente acrobatique de la Loire, entre bancs de sables et courants, jusqu’à Nantes, l’Erdre, le canal de Nantes à Brest jusqu’à Redon, puis la remontée de la Vilaine”, explique Max Patay dans le blog régates rennaises. 

En quatorze jours, les deux copains réussirent leur pari,” tout ceci avec un minimum de bagages, un petit chariot pour les nombreux portages. A l’époque, les éclusiers n’avaient pas l’habitude de faire passer d’aussi petites embarcations, même munies du précieux sésame (l’autorisation signée de l’ingénieur chargé des voies d’eaux). A Messac, l’éclusier ne put d’ailleurs s’empêcher de poser la question : “mais d’où est-ce que vous venez comme cela ?” A la réponse des rameurs, il eut cette étrange réflexion : ben dites donc….vous avez dû partir tôt ce matin !”

Le canoë La Cigogne a pu être admiré à l’occasion de l’exposition sur l’histoire de la société des régates rennaises au Carré Lulli de l’Opéra. Son périple a fait l’objet d’un opuscule paru en 1925 et aujourd’hui visible dans l’exposition de l’écomusée du Pays de Rennes. René Patay créa un laboratoire médical à Rennes. Il découvrit le bacille qui porte aujourd’hui son nom. Il a obtenu la Croix de Guerre avec palmes le 10 mai 1919 et fut copain avec un certain Céline à la façon de médecine de Rennes. Pour plus de renseignements sur sa vie

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire