21 C
Rennes
dimanche 14 juillet 2024
AccueilSportArchivesLA PETITE CHAPELLE DE LA RUE SAINT-LOUIS

LA PETITE CHAPELLE DE LA RUE SAINT-LOUIS

A deux pas de la place des Lices, dans le cœur de Rennes, il existe un petit endroit tout calme, tout croquignolet où l’on trouve un petit jardin, un vieux bâtiment et un édifice religieux. « Ma sœur, peut-on entrer dans votre chapelle ? », demande le visiteur. « Revenez cette après-midi ! », répond-elle. 

Deux heures après, le curieux reviendra et passera sous une pergola. Il ouvrira une grande porte où derrière il trouvera une église, une charpente en bois, un autel particulier. Mais pas seulement…Dans une niche trône Notre-Dame de Bonne Délivrance, la seule vierge noire à l’enfant de Rennes !

Installée sur un socle, la statue a tous les insignes de la royauté : la couronne, la tunique pourpre, le manteau et le sceptre fleurdelisés. Elle fait l’objet d’un culte de la part des sœurs de la Congrégation des sœurs hospitalières de Saint Thomas de Villeneuve, propriétaires des lieux.

                                            Un escalier hélicoïdal        

Au fond de l’église, l’œil sera immédiatement attiré par un escalier hélicoïdal tout à fait étonnant, mais un brin casse-gueule ! On l’empruntera pour se faire plaisir, jouer de l’orgue en cachette et admirer les quelques rares vitraux de l’édifice religieux.

Située au 30 rue Saint-Louis, cette église (datant vraisemblablement de 1825) est ouverte de 9 h à 18 heures, sauf entre 12 et 14 heures. Une messe y est célébrée chaque matin et le chapelet est récité chaque après-midi. Elle est l’une des composantes d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de 87 lits dont une unité d’accueil spécifique pour personnes âgées atteintes de la maladie d’Alzheimer ou syndromes apparentés de 12 lits depuis 2006.

Jadis, l’endroit fut un lieu « de repos des mères et sœurs infirmes ainsi qu’une résidence passagère pour les religieuses que les circonstances amenaient à Rennes. » En 1844, Un bâtiment fut édifié, et en 1845 la congrégation se chargea gratuitement « d’un ouvroir (lieu de travail)  » composé d’une trentaine de jeunes filles externes et d’une quinzaine d’internes (fermé au début du siècle dernier).

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

BETTON : ARMÉ D’ARTIFICE !

Ce week-end, en Ille-et-Vilaine, les célébrations de la Fête nationale du 14 juillet illuminent le ciel de plus de trente communes. Parmi les événements...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser