Francebénévolat

CECI EST UN TEST 1
Politique

RENNES 2 : LE BLOCAGE DES PARTIELS ENTRE DANS LA CAMPAGNE MUNICIPALE

test2

Les grèves de Rennes 2 ne font plus rire la droite rennaise. Mais plus du tout. “Je suis révolté par la décision prise par la Présidence de l’université de Rennes 2 de suspendre à nouveau les épreuves de partiels reportées du mois de décembre,” proteste Charles Compagnon, dans un communiqué. “Depuis trop longtemps, un militantisme aux méthodes violentes et confiscatoires des espaces de l’établissement public croît dans un silence et une inaction incompréhensible des présidences successives. La parodie de démocratie via des assemblées générales non représentatives ainsi que la violence anarchique exercée par ces minorités menacent l’avenir des étudiants, à commencer par les plus faibles et plus défavorisés.”

Le candidat de la droite rennaise veut aujourd’hui “penser à̀ tous ceux qui doivent travailler pour assumer leurs études ou encore ceux dont les parents se sacrifient.” Mais plus encore, il s’inquiète de l’avenir de l’université.” La pérennité de l’Université de Rennes 2 est menacée. La Présidence de l’université, avec l’aide de l’Etat, doit mettre tous les moyens en œuvre à sa disposition pour assurer durablement la mission de service public à destination des étudiants. Des sanctions universitaires et judiciaires doivent également être prises à l’égard des fauteurs de trouble. Maire de Rennes j’exigerais des explications des autorités universitaires.”

Candidat du Rassemblement national, Emeric Salmon conteste lui le “laxisme” intolérable. “Une nouvelle fois, l’Université de Rennes 2 est perturbée par quelques militants d’extrême-gauche. Une nouvelle fois, l’image de Rennes en est profondément ternie. Sous la pression de quelques activistes violents, ultra-minoritaires et jamais inquiétés, le Président de l’Université a décidé de suspendre à nouveau les examens. En achetant ainsi la paix sociale, en refusant de condamner les agressions dont ont été victimes hier des étudiants, le Président Olivier David fait preuve d’une lâcheté intolérable. J’ai une pensée particulière pour tous les étudiants, professeurs et personnels qui souhaitent travailler dans le calme, notamment pour les étudiants qui travaillent pour financer leurs études et dont les familles se sacrifient pour aider leurs enfants. De nombreux jeunes Erasmus viennent aussi parfois de loin pour étudier…. Cette situation de chaos qui se renouvelle chaque année n’a que trop duré ! Le Président Olivier David est en principe le garant du bon déroulement des cours, des examens et de la sécurité́ dans son établissement : il doit enfin faire preuve de fermeté́.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

1 commentaire

Laisser un commentaire