CECI EST UN TEST 1
Actualités

MEURTRE DE DORIAN : LA FAMILLE SOUHAITE UNE PEINE EXEMPLAIRE

test2

Il est des affaires qui marquent le commun des mortels. Mais plus encore, elle marque une famille.  Au petit matin, du 7 juillet 2018, en face de la boite de nuit L’espace, le lynchage de Dorian Guemené, âgé de 24 ans, fait désormais vivre l’enfer à ses parents, ses soeurs, ses frères, ses amis. A jamais, sa disparition soudaine restera gravée dans les limbes mémoriels de ses proches. “Plus le temps passe, plus son absence est difficile”, confie son père, Philippe Guemené. 

Frères et soeurs, père et mère, cousins et cousines, tous attendent la vérité. “Notre fils a été lâchement battu pendant de longues minutes”, insiste la mère, Carine Servain. “De nombreux coups ont été portés à la face de Dorian”, ajoute le père. “Les six protagonistes sont tous responsables. Ils se sont tous concertés pour inventer une histoire et brûler leurs affaires, les traces de leurs méfaits.”

Une peine exemplaire 

Face à l’horreur, face à la perte d’un fils, la famille espère une peine “exemplaire” à la hauteur de leurs espérances. “Nous souhaitons une sentence suffisamment lourde pour que les accusés comprennent leurs actes”, précise le père Philippe. “Souvent, nous avons le sentiment que les accusés n’assument pas leurs actes”, ajoute la mère, Carine. “On a même l’impression qu’ils considèrent que ce sont d’autres personnes qui ont commis l’horreur !”

Soutenue par de nombreux proches et amis, la famille est touchée par ses nombreuses marques de sympathie, notamment lors de la marche blanche en mémoire de Dorian. “Cela nous réconforte et conforte ce que nous pensions de notre enfant. Dorian n’était pas de nature bagarreuse. Il était jovial, généreux, bon camarade. Il le fut d’ailleurs à l’égard de son ami Kevin, lors des faits. Il voulait la paix. Il ne voulait pas de conflit. Souvent, on l’appelait monsieur Oui-Oui.”

Devant ce drame, le père veut désormais tenter de positiver. “Les peines doivent dissuader les phénomènes actuels de violences de groupes s’en prenant à des personnes seules. Cette affaire doit servir à quelque chose. Nous voulons éveiller les consciences, nous battre contre cette violence, contre cette colère qui gangrènent notre société.” Mais Philippe Guémené et ses proches ont toutefois un goût amer. “Nous nous pensons incompris par la justice. Sur les six protagonistes, cinq ont été remis en liberté. C’est aberrant. Nous avons le sentiment d’être des victimes perpétuelles. C’est un peu dur à avaler !” Même sentiment de la part de la mère, Carine Servain. “Pourquoi les avoir remis dehors ?” , s’interroge-t-elle. “Soit on accélérait la date du procès, soit on augmente le délai légal de la détention préventive ! C’est un acte tellement ignoble que l’on ne pouvait pas les laisser sortir de prison.”

 Je ne comprends pas que les assassins soient encore dehors. C’est aberrant de les voir mener leur petite vie tranquille”, précise Mégane, soeur de Dorian. 

Dans cette affaire, cinq prévenus Sacha, son frère Stanislas, Thomas, Guillaume et Alexis comparaîtront devant la cour d’Assises d’Ille-et-Vilaine, à partir de ce 11 octobre 2021, pour meurtre. Le sixième Alexandre est accusé de destruction de preuves. Leur procès devrait durer au moins deux semaines. “Ce seront les quinze jours les plus long de mon existence”, confie le père. 

Pour en savoir plus sur cette affaire, nos différents articles. 

KÉVIN ÉTAIT L’AMI DE DORIAN : IL RACONTE LA SOIRÉE DU DRAME

DORIAN : UNE MARCHE BLANCHE SILENCIEUSE ET DIGNE

RECONSTITUTION DU MEURTRE DE DORIAN : 70 POLICIERS MOBILISÉS ET UN QUARTIER BLOQUÉ

 

UNE PLAQUE APPOSÉE EN MÉMOIRE DE DORIAN

LA PLAQUE DE DORIAN VANDALISÉE : LA FAMILLE PORTE PLAINTE

IL S’APPELAIT DORIAN GUEMENÉ

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire