"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Faits divers

KÉVIN ÉTAIT L’AMI DE DORIAN : IL RACONTE LA SOIRÉE DU DRAME

Quelques jours après le terrible meurtre de son ami Dorian Guemené, Kevin Huruguen a accepté en exclusivité de témoigner pour notre site Rennes Infos Autrement. Âgé de 21 ans (son anniversaire est vendredi), il n’arrive toujours pas à admettre la mort de son ami dans la nuit du 6 au 7 juillet 2018 devant la discothèque L’Espace, boulevard de la Tour d’Auvergne. Entretien avec un jeune homme marqué à vie par la perte de son ami. 

Kevin (à droite) avec son ami Dorian. 

 

Vous étiez l’un de ses amis…

Depuis deux ans, nous faisions tout ensemble, nous travaillions tous deux au Kenland et nous habitions dans le même logement. Je le connaissais très bien. Il était extrêmement gentil, très généreux et proche des gens. Il donnait tout pour ses amis et sa famille.

Comment votre dernière soirée s’est-elle passée ?

Vendredi soir, nous étions au travail au Kenland. Nous sommes partis après avoir fait le ménage de notre établissement et nous avons décidé d’aller boire un verre pour fêter la victoire de l’équipe de France. Nous n’étions pas dans le principe d’une soirée festive. Nous sommes arrivés tous les deux à l’Espace vers 3 heures du matin, après notre service.

Que s’est-il alors passé ?

Nous étions au comptoir du bar. Deux frères et leurs amis sont arrivés et, c’est à ce moment-là, que l’altercation verbale a commencé.

Qu’est-ce qui explique selon vous cette altercation ?

J’étais à côté de Dorian et je n’écoutais pas trop la conversation. Je regardais mon portable. Mais apparemment, ce serait une histoire de jalousie. Un des frères qui était sans doute l’ami de la serveuse de l’Espace n’a pas apprécié que Dorian discute avec elle. Il y a eu des échanges mais pas de gestes déplacés. Rien de grave.

Existait-il des antécédents entre les agresseurs et vous-même ?

Non, on ne les connaissait pas. On ne les avait jamais vus, semble-t-il.

Votre ami était-il bagarreur ?

Ce n’était pas un bagarreur.

On dit que les agresseurs ont été sortis de la discothèque…

On leur a simplement dit : “c’est la fermeture, si vous pouviez partir.”

Pourquoi êtes-vous restés dans la discothèque ?

Les employés de L’Espace nous connaissent bien. Nous travaillons dans le même groupe qu’eux et nous sommes restés discuter avec eux. Nous ne savions pas que nos agresseurs nous attendaient à l’extérieur.

Pourquoi êtes-vous sortis par la sortie de secours ?

Tout simplement parce que l’entrée principale était fermée ! Nous sommes sortis par derrière sans penser qu’il allait se passer quelque chose.

Dans l’établissement, y a-t-il eu des menaces de mort ?

Non, je n’ai pas entendu cela.

À la sortie de l’établissement que s’est-il passé ?

Les quatre individus nous ont sauté carrément dessus, en particulier sur Dorian. Pour ma part, j’ai été mis au sol dans la petite rue derrière L’Espace. Je me suis protégé contre les coups de pieds et de poing qu’ils me donnaient à la tête. Ils étaient deux sur lui et deux sur moi. Mais je ne voyais pas du tout ce qu’ils faisaient à Dorian.

Comment avez-vous réussi à vous en sortir ?

Je me suis relevé et j’ai repris connaissance. Je leur ai demandé ce qu’il faisait, quel était leur but. Je leur disais qu’il n’y avait aucune raison de faire cela. J’ai reculé. J’ai vu que l’entrée de secours était ouverte et j’en ai profité pour appeler du secours.

Ont-ils continué à frapper Dorian ?

J’étais à l’intérieur et je sais pas trop ce qui s’est passé. Mon ami a dû certainement courir ou ramper pour leur échapper. Mais il n’a pas réussi. Le temps que nous arrivions pour l’aider, les éboueurs l’avaient déjà retrouvé devant la discothèque. Nous l’avons vu par terre et il ne bougeait plus. Il était déjà trop tard, et ce malgré les massages cardiaques des pompiers pendant 20 minutes.

Aujourd’hui, quel est votre état d’esprit ?

Les discothèques : c’est terminé pour moi. Je n’ai plus de joie. Je suis particulièrement marqué par ce qui s’est passé et je me dis que j’aurais pu y passer aussi. Mais pour l’heure, je pense à sa famille. Je suis à ses côtés et j’essaie d’être très proche d’elle. Je peux vous dire que ses parents sont très choqués. 

Pour en savoir plus : ce vendredi 20 juillet, une marche blanche sera organisée par la famille de Dorian Guemené, inhumé aujourd’hui à Vern-sur-Seiche, en présence de plus de 500 personnes. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Commentez

Laisser un commentaire