CECI EST UN TEST 1
Archives Manifestations à Rennes Politique

DANS LA MAISON DU PEUPLE, LES MANIFESTANTS AURONT DROIT DE CITE

test2

« Après demande formelle aux occupants de quitter la salle de la cité, j’ai interpellé le préfet pour qu’il intervienne. Il lui appartient désormais de l’opportunité, des modalités et du moment de son intervention,” avait prévenu lundi soir Nathalie Appéré, la maire de Rennes, devant les élus du conseil municipal.

Dès le lendemain matin, les forces de l’ordre étaient devant la dite salle ! « Cela n’a pas traîné », expliquait un étudiant. « A croire que tout était prévu à l’avance… » Lui et ses amis sont restés retranchés dans la salle de la cité durant une bonne partie de la matinée et en début d’après-midi. « On a de quoi tenir trois jours, » laissait-il entendre par SMS. « Nous avons des masques à gaz, des solutions de maalox (préparation anti-gaz) et des lunettes de plongées. »

4

Dehors, CRS et forces de police faisaient le pied de grue devant des manifestants remontés. « On ne passe pas, » indiquait un gendarme. « C’est la consigne ! » Même la presse… « Non, on ne passe pas. » Mais finalement, policiers et gendarmes levaient le camp en début d’après-midi. « Je ne veux pas ajouter de la tension à la tension », expliquait notre maire à la presse en milieu d’après-midi. « Ils craignaient sans doute une évacuation avec des blessés, » notait un témoin. « Des gamins étaient sur le toit. Cela aurait été beaucoup trop dangereux ! »

Nathalie Appéré laisse aux manifestants le soin de proposer un contrat de convention d’occupation de la salle de la cité d’ici lundi. Elle veut visiblement apaiser la situation et…calmer les esprits dans son camp politique. Apaisera-t-elle les manifestants ? Dans la salle de la cité (rebaptisée Maison du Peuple), les opposants de la Loi El Khomri ont fêté dignement la décision de l’élue rennaise par la diffusion d’un communiqué : Cette occupation vise à se réapproprier la Maison du Peuple en vue d’organiser la poursuite  du mouvement, de construire la grève générale et d’envisager collectivement les actions de blocage économique. Dès maintenant nous appelons tout le monde à nous rejoindre de jour comme de nuit. Ville de Rennes, nous avons rejoint notre maison historique !»

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire