CECI EST UN TEST 1
Actualités

DES PROFS RENNAIS SE MOBILISENT CONTRE L’EXPULSION D’UN DE LEURS ÉLÈVES ET DE SA FAMILLE DE LEUR HÉBERGEMENT PROVISOIRE

test2

Un collectif d’enseignants du lycée Victor et Hélène Basch de Rennes a appris juste avant les vacances de la Toussaint l’expulsion de l’un de ses élèves et de sa famille de leur hébergement en hôtel. Particulièrement ému par la situation de ces trois personnes ne faisant pas l’objet d’une obligation de quitter le territoire, il a manifesté hier son mécontentement devant la préfecture d’Ille-et-Vilaine en entonnant la chanson de Nougaro Bidonville et en remettant dans une enveloppe son communiqué à la préfecture.

“Cet élève, scolarisé depuis deux ans au lycée, vivant avec sa mère et son frère mineur (scolarisé au lycée Charles Tillon), est sans solution de logement depuis le mardi 19 octobre”, a indiqué le comité. “Il doit désormais faire face à des conditions matérielles d’existence extrêmement précaires qui nuisent à sa sécurité, son bien-être et ses chances de réussite scolaire.”

Depuis le 19 octobre, le collectif a multiplié les initiatives visant à obtenir un logement pour cette famille. Il a effectué deux visites collectives au Rectorat, téléphoné au 115 (numéro d’urgence pour les personnes à la rue), sollicité la mairie de Rennes, lu une motion au Conseil d’administration de notre lycée, pris contact avec des associations spécialisées dans le mal-logement…”Nous avons beaucoup fait mais rien n’a fonctionné. Notre élève et sa famille sont toujours sans solution stable. Certes, les internats du lycée Charles Tillon et du lycée VHB ont hébergé leurs deux élèves mais aucune solution n’a été trouvée pour la mère ; et les internats sont fermés le week-end ainsi que pendant les vacances scolaires.”

Face à l’attitude des pouvoirs publics, le  collectif d’enseignants du lycée Victor et Hélène Basch, ont donc décidé d’adresser un ultimatum à la préfecture. “Si, le vendredi 3 décembre à 18 heures, notre élève – ainsi que son frère et sa mère – se retrouvent une nouvelle fois sans solution d’hébergement stable, alors nous ne sortirons pas du lycée et nous l’utiliserons comme lieu de mise à l’abri de la famille.” Cette action ne visera pas la direction de leur lycée mais la préfecture, responsable institutionnelle de la situation de notre élève et de sa famille. Sud Education 35 soutient cette action. 

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire