"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Politique

AU CONSEIL MUNICIPAL : LE LANGAGE EST PARFOIS OBSCUR !

Lors du conseil municipal de Rennes, lundi 1er avril, les élus nous ont donné un joli petit florilège de leur langage, de leur novlangue (langue officielle inventée par Georges Orwell dans 1984) ! Ils ont parlé de ville-archipel, de lieu de décloisonnement, de modèle contributif, de procédures de participation, de foncier solidaire, d’intermodalité, de présentation disruptive, de modèles économiques trépieds… et nous en passons et des meilleurs !

Pourtant, ces mêmes élus (bien souvent sur le banc de la majorité) prennent toutes les précautions du monde ! Ils écrivent la plupart de leurs interventions à l’exception de quelques-uns comme la maire, Sébastien Séméril, Loïck Lebrun… Pour ne citer qu’eux. Ils ont donc la possibilité de peaufiner leurs textes, d’écrire et de décrire leurs actions avec des mots simples et clairs.

Mais que nenni ! Nous avons droit à un langage complètement obscur, technocratique et élitiste ! Nous sommes parfois dans les précieuses ridicules ! Ce qui, vous en conviendriez, est loin d’être compréhensible par le commun des mortels, voire même par leurs collègues eux-mêmes ! Certains diront qu’ils font exprès…. comme pour dire à nos concitoyens : vous ne pouvez pas comprendre. Vous n’avez pas notre intelligence, ni même nos codes !

D’aucuns affirmeraient bien volontiers que nos chers élus emploient ce langage pour cacher des projets vides de sens ou au contraire trop difficiles à expliquer. Mais qu’importe la raison de cette novlangue ! Les effets sont dévastateurs à l’heure où les gilets jaunes évoquent un vrai fossé entre pays réel et pays légal. Il est pourtant un puissant adage : qui se conçoit bien s’exprime clairement et simplement.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

2 Comments

  • Dans ces temps de gilets jaunes et de populisme, voire de démagogie, je sens comme une pointe d’incompréhension volontaire, de refus de réfléchir au sens de ces expressions nouvelles mais dont quasiment tous les mots sont pourtant compréhensibles. “en même temps” je comprends le point de vue brièvement développé car je pense tout simplement que des élus utilisent ces expressions car elles sont à la mode dans ce milieu et permettent d’être reconnu par lui (une sorte de jargon professionnel, même les journalistes en ont un..) et tentent de nommer des manières de gérer, de décider, peut-être un peu nouvelles. Franck lepage (vidéo sur youtube) se moquait ainsi de la langue de bois, prenait des expressions de “novlangue”écrites sur des cartons, les mélangeait, et faisait des discours d’élu, de décideur, d’acteur social, quel que soit l’ordre dans lequel se présentaient ces cartons. A la fois drôle et qui laisse rêveur.. Vous avez régulièrement écrit, récemment, des articles critiques des élus, principalement de la majorité municipale. Je devinerais presque votre préférence politique.. attention, ce peut être un défaut chez un journaliste..

    • Il est en effet plus facile de critiquer ! Mais dans d’autres villes, on me considérait de gauche, voire d’extrême gauche. Tout l’art du journalisme est de savoir être critique quand il le faut !

Laisser un commentaire