CECI EST UN TEST 1
Actualités

EN MARCHE DEMANDE DES CONSEILS MUNICIPAUX SANS NOVLANGUE ET PLUS LOCAUX !

test2

“Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément”, affirmait dans l’ancien temps, Nicolas Boileau. Mais aujourd’hui dans les banques, dans les starts-ups et depuis belle lurette au sein du conseil municipal de Rennes, élus et institutionnels utilisent un langage bien loin de la beauté de la langue de Molière ! A défaut de langage châtiée, on parle une novlangue absolument incompréhensible du commun des mortels.

Déjà, il y a plus de deux ans, nous évoquions ces dérapages de langage dans nos colonnes, sans que cela n’émeuve plus que cela (lire l’article ci-dessous) ! Depuis, Carole Gandon et son groupe, nouvellement élus, s’en préoccupent enfin. Ils en appellent à une modernisation du conseil municipal pour le rendre plus accessible à nos concitoyens, notamment les jeunes. Elle propose donc un conseil municipal “plus pédagogique” (avec des illustrations visuelles), plus “accessible” (dans un langage simple et clair ) et plus inclusif ( grâce à un sous-titrage en direct). Mais pas seulement, elle veut une assemblée communale plus préoccupée par des sujets locaux. “Cessons de débattre sur des sujets nationaux voire internationaux, qui relèvent parfois d’un travail législatif en cours, et sur lesquels nous n’avons pas de prise”, ajoute-t-elle. 

Des innovations peuvent être tentées pour renouveler le contrat démocratique à l’échelle locale, et semer les graines d’une réconciliation entre le peuple et ses élus. Car l’heure n’est plus à la déploration. Elle est à l’action !”, indique Carole Gandon. 

Sans détour, En Marche demande aussi le respect de la parole de l’opposition.”La courtoisie républicaine exige que nos propos ne soient pas caricaturés, que nos questions obtiennent réponses, et parce que notre voix relaie aussi celle de nos électeurs et de nos concitoyens, qu’elle ne soit traitée ni par le mépris, ni par l’infantilisation, ni par le soupçon de mensonge “, souligne Sandrine Caroff-Urfer, l’une des conseillères municipales du mouvement En Marche. 

AU CONSEIL MUNICIPAL : LE LANGAGE EST PARFOIS OBSCUR !

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire