CECI EST UN TEST 1
Archives Politique

L’ANCIEN REDAC CHEF DE PLACE PUBLIQUE S’EN PREND A UNE GENERATION D’ELUS MOINS CULTIVES !

test2

On ne tire jamais sur une ambulance. On ne tire jamais sur un confrère.

Mais à la lecture du libre propos signé par Georges Guitton, ancien rédacteur en chef de la défunte revue Place Publique dans le journal 7 Jours, on est quelque peu interloqué par tant de suffisance et par tant de mépris. Oui, sa publication est morte faute de financement public. Mais de là à claironner qu’elle était la meilleure revue rennaise, qu’elle était un « outil de savoir et de réflexion qui avait fait ses preuves et trouvé depuis sept ans une place évidente dans le paysage intellectuel de la cité », on a envie de lui dire : non et deux fois non. Non parce qu’il existe d’autres magazines et d’autres journaux à Rennes. Non parce qu’il faut toujours fait preuve de modestie quand on est honnête homme. Bien sûr, la Fabrique citoyenne, comme il le précise, n’est peut-être pas l’outil démocratique idéal et ne peut remplacer un journal ! Bien sûr, comme il l’affirme encore, la Chambre régionale des comptes a recommandé aux élus de mettre fin aux subventions municipales. Mais non, Place Publique ne méritait pas de continuer. La revue coutait bonbon à la collectivité. Elle payait sans doute grassement d’anciens journalistes en retraite et des universitaires déjà défrayés par notre République. Et pis que tout, Place Publique n’avait pas trouvé son lectorat…

Dans un tel contexte, il était difficile de subventionner une telle entreprise. De financer un tel journal à la diffusion si anecdotique. Mais face à de telles évidences, Georges Guitton, aussi talentueux soit-il, préfère régler ses comptes. Il pointe du doigt une génération « d’élus moins cultivés ». Il savonne la « planche au conformisme gestionnaire à courte vue ». Il se dit victime de « l’indifférence du personnel politique actuel, de ce personnel de tweets et de smartphones, qui prétend gérer la ville en se dispensant de lire des articles de fond et d’aider à la réflexion de citoyens. » Bref, il en veut à la génération d’Emmanuel Couet, actuel président de Rennes Métropole d’être inculte ! On le laissera penser ce qu’il veut. Mais on ne peut s’empêcher de lui dire : Monsieur Guitton, quelle ingratitude à l’égard de ceux qui ont subventionné votre journal durant quelques années…Bien des jeunes, aussi incultes soient-ils, auraient aimé bénéficier de telles largesses publiques pour créer leur propre journal. Beaucoup de jeunes auraient sans doute aimé recevoir vos précieux conseils. Mais Monsieur Guitton, on ne vous en veut pas. Vous savez mieux que quiconque parler des écrivains ayant vécu à Rennes. Et c’est cela qui compte ! Rennes de Céline à Kundera, Presse Universitaire de Rennes, 18 euros.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire