26.1 C
Rennes
vendredi 19 juillet 2024
AccueilActualitésSAINT-MALO : DES CLIENTS MANGENT DANS LES CHAMBRES D’HÔTEL PAR ÉCONOMIE

SAINT-MALO : DES CLIENTS MANGENT DANS LES CHAMBRES D’HÔTEL PAR ÉCONOMIE

L’employée n’en revient toujours pas. Dans son hôtel, beaucoup des touristes mangent dans leurs chambres. « Nous retrouvons beaucoup de sachets en plastique dans les poubelles », explique-t-elle. « Parfois, les clients se lâchent ! Ils abandonnent leurs détritus sur place. Leur comportement multiplie notre travail. » Comme elle, des hôteliers constatent le phénomène. « C’est difficile de dire quoi que ce soit », assure l’un d’eux. « Beaucoup d’entre eux le font par souci d’économie. Ils privilégient nos hôtels aux restaurants. » 

 

Impossible en revanche de chiffrer le nombre de touristes à agir de cette manière ! « 20, 30 et 40 %, c’est très compliqué à savoir. Nous ne pouvons pas contrôler tous les sacs », indique un hôtel qui préfère rester anonyme. Mais sa clientèle pointe du doigt les bistrots. « À Saint-Servan, dénonce un père de famille, nos galettes complètes étaient à 8, 50 euros. Pour de la farine, des œufs, du fromage râpé et un bout de jambon, c’est un peu abusé. J’en ai eu pour 72, 50 euros à quatre. » Même son de cloche pour une autre touriste. « Dans un restaurant, ajoute une mère de famille, nous avons réglé une addition de 120 euros, soit un ticket moyen de 30 euros. Et encore, je n’ai pas pris de dessert pour garder la ligne ! On aurait mieux fait d’aller dans un étoilé que de s’attabler dans un boui-boui. » 

Il n’y a pas que les restaurants qui coûtent, les hôtels également », Claire.

Propriétaire d’un débit de boissons, donnant sur la plage, la dame privilégie le prix raisonnable (1, 70 euros le café à la différence de son voisin à 3, 50 euros). « Je déteste la politique de la terre brûlée », confie-t-elle. « Je n’augmente pas les tarifs, dès l’arrivée des touristes. Il faut être honnête. Sinon, personne ne revient. Chat échaudé craint l’eau froide. » En revanche, elle est étonnée par le manque de moyens. « À la sortie du bain, une famille s’est attablée. Ils ont pris une crêpe au sucre pour quatre. J’ai eu de la peine pour les enfants. » 

Face aux critiques de cherté, les restaurateurs font valoir l’augmentation des coûts, des salaires, des loyers. « Avec l’inflation, c’est très dur. On tente de ne pas trop répercuter, mais c’est compliqué aussi pour nous ! » Entre les restaurants et l’hôtel, les touristes font parfois vite le choix. Mais qu’en est-il de la réglementation en cas de pique-nique dans une chambre ?  En général, si rien n’est mentionné, les clients peuvent consommer leurs propres aliments en toute discrétion. Cependant, certaines restrictions peuvent s’appliquer, notamment concernant l’utilisation du minibar pour stocker les produits. Si l’habitué séjourne à l’hôtel pendant plusieurs semaines, certains établissements peuvent être plus tolérants. Ils peuvent vider le petit réfrigérateur pour laisser place aux provisions.  Toutefois, afin de ne pas perturber le bon fonctionnement de « l’auberge » et le confort des autres clients, il est recommandé d’adopter un comportement respectueux et d’éviter de manger.

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

TRANSAT ET DES LIVRES : LE COMBO GAGNANT POUR LES BIBLIOTHÈQUES RENNAISES

« Éveiller les esprits avec des transats et des livres, voilà notre mission ! » explique Bénédicte Bigot K’ouas, responsable de la médiathèque du Landry, située près...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser