portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Patrimoine

REDÉCOUVRIR RENNES CET ÉTÉ : LA CRÈCHE PAPU SIGNÉE ODORICO

Au 4 et 6 rue Jean Turmeau, la crèche dite Papu est un petit trésor à découvrir au plus vite, lors d’une prochaine journée de patrimoine (si la ville veut bien changer ses programmes datant un peu!). Construite sur les plans du célèbre architecte rennais Emmanuel Le Ray et de son successeur Yves Le Moine, elle fut construite par l’entrepreneur Richer et ouverte à la fin décembre 1934 (et non en 1936 comme l’affirment de nombreux historiens pourtant érudits).

Journal Ouest-Eclair, 7 décembre 1934.

Traités avec une grande simplicité, les bâtiments sont en retrait par rapport à la rue pour respecter le sommeil des bambins. Ils sont séparés en plusieurs espaces pour accueillir les enfants de moins d’un an d’un côté et ceux ayant entre un et trois ans de l’autre. Accueillant des chérubins de milieu populaire, ils détonnent par le travail du mosaïste Odorico. “Odorico exécute ici une oeuvre plus intéressante et plus belle que sa précédente réalisation. Sa création est beaucoup plus riche que pour la crèche Alain-Bouchart”, rapporte le site www.patrimoine.bzh.

Crédit photos : Enocq

Dans cet espace, Isidore Odorico a réalisé des frises tout au long du couloir en totale adéquation avec les thèmes favoris des enfants (gare, train, wagons). “Mieux, il s’était placé à la hauteur des tout-petits pour réaliser un décor simple, mais efficace, dans lequel des oies et leurs petits font le tour de la pièce de la salle de jeu sur un fond gris-bleu”, écrivent Capucine Lemaître et Daniel Enocq, dans Odorico, l’art de la mosaïque (aux éditions Ouest-France).

Toutefois, la mosaïque n’est pas seulement esthétique. Elle est aussi hygiénique…”Le choix des aménagements intérieurs est déterminant dans la lutte contre la mortalité infantile, contre les maladies de l’appareil digestif ou la tuberculose qui faisaient des ravages dans les milieux ouvriers. Les matériaux doivent impérativement être d’un entretien facile et garantir la salubrité des lieux. Ce qui est le cas de la mosaïque étanche et lavable à grande eau !”

“La crèche de la rue Papu, ajoutait le journaliste d’Ouest-Eclair le 13 mars 1941, rend d’excellents services aux ouvrières du quartier de la rue de Brest qui confient chaque matin leurs enfants à madame Marchand. De 20 à 60 petits y trouvent tous les soins désirables.” Avant d’ajouter : “il y aurait beaucoup à dire sur l’aménagement de cette crèche qui procure aux bambins une vie familière et intime. Salles vastes et ensoleillées, jardin, nursery aux mignonnes baignoires. Tout est prévu ici pour le bien-être de la petite enfance et pour que dans cette maison les journées soient lumineuses et baignées de gaieté.” 

Le prix : Les dépenses prévues avant travaux s’élevaient à 2 142 901 francs avec une contribution de l’Etat estimée à 1 161 450 francs.  

La polémique : en 1930, certains conseillers municipaux ne voulaient pas de cette crèche à cet emplacement. Ils craignaient la pollution d’une usine toute proche. Voir l’article ci-dessous du journal Ouest-Eclair du 29 mars 1930.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire