CECI EST UN TEST 1
Actualités

LA FAC DE DROIT TAGUÉE

test2

“Motus et bouche cousue”, “honteux”. Dans la nuit, de nombreux messages peints ont recouvert la façade de la faculté de Droit et de sciences politiques de Rennes. Ils font référence directement au “silence” de l’université, après le suicide de l’une de ses étudiantes Alexia qui s’est donnée la mort le 15 avril dernier

Le décès de cette élève jugée brillante du magistère juriste d’affaire franco-britannique avait suscité de nombreuses réactions indignées sur les réseaux sociaux et dans les couloirs de l’établissement. “Étudiante à Rennes 1, j’ai été furieuse de la (non) réaction du doyen et du président de l’Université”, expliquait une étudiante à notre rédaction.  “Ayant assisté à un des “hommages” internes rendus à Alexia, j’ai compris que les membres de l’encadrement présents ne voulaient qu’une chose : dédouaner l’Université.” 

Tout le monde a une part de responsabilité. Les seuls qui ne la reconnaissent pas, c’est l’université et particulièrement la fac de droit et son magistère. Le père.

Face à ce drame, le père d’Alexia veut aujourd’hui comprendre pourquoi sa fille a commis l’irréparable. “Nous ne cherchons pas un coupable mais nous souhaitons attirer l’attention sur tout ce qui a amené notre fille à faire ce geste ultime : le contexte sanitaire, les antidépresseurs prescrits à notre fille, l’attitude de la faculté…”, explique-t-il, ce soir. 

Le papa invite désormais à la réflexion sur la formation des élites en France et à une certaine vigilance avec “des jeunes qui ne sont pas tout à fait des adultes. La pression n’est pas une méthode de management qui doit être d’actualité dans nos facultés, encore moins en 2021 en période de crise de sanitaire”, explique-t-il.  “Ce qui m’intéresse, ce n’est pas la fin (on la connait, malheureusement), c’est comment tout cela a démarré. ” Voir la version de la faculté de Droit et de l’université de Rennes 1. 

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire