CECI EST UN TEST 1
Actualités

TIRS CONTRE LES POLICIERS À MAUREPAS : CE QUE L’ON SAIT CE SOIR

test2

Le 24 juin 2022, à 16 h 45, un scooter fait route à vitesse élevée vers un point de revente de stupéfiants, situé au 06 allée Brno, dans le quartier de Maurepas. Il poursuit visiblement deux guetteurs. A cet instant, le passager muni d’un pistolet automatique met en joue les deux trafiquants et tire en leur direction. Non loin, trois policiers vététistes sont en patrouille. En les apercevant, le scooter interrompt sa progression. « Le passager casqué dirige alors l’arme vers les hommes en tenue en effectuant une rotation. Il tire une rafale vers eux », explique le procureur de la République, Philippe Astruc.
Sous les coups de feu, les agents des forces de l’ordre se jettent au sol et sortent leurs armes sans en faire usage. Rapidement, l’engin motorisé quitte la place pour gagner l’avenue la plus proche et prend la fuite. « Aucun blessé n’était à déplorer », précise le magistrat. Sur les lieux, onze douilles de calibre 9 mm ont été retrouvées. « Deux autres ont été découvertes dans les rues adjacentes et des traces de tirs sont relevées sur deux véhicules en stationnement. » Depuis, une enquête criminelle est confiée par le parquet de Rennes à la police judiciaire sous notamment la qualification de tentative de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique (qui fait encourir la réclusion à perpétuité).

Dans cette affaire, le magistrat tient à saluer le sang-froid des policiers victimes. « En ma qualité de procureur de la République, je partage la vive émotion des habitants du quartier. Tout sera mis en œuvre pour assurer d’une part un retour au calme et d’autre part l’absence d’impunité. » Une cellule de 12 enquêteurs de la police judiciaire spécialement dédiée à la situation à Maurepas a été mise en place. « Ces délits d’une particulière gravité s’inscrivent dans le cadre d’une très forte tension dans ce quartier de Rennes. L’enquête devra notamment déterminer si ces méfaits sont ou non en lien avec l’homicide volontaire (12 juin dernier) pour lequel le principal suspect a été interpellé et incarcéré cette semaine. Ces nouveaux faits paraissent, en raison du lieu et du mode opératoire, entrer dans une logique de « règlements de comptes » sur fond de trafic de stupéfiants. Cette hypothèse devra être toutefois appréciée plus finement dans le cadre des investigations en cours. »

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire