CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

RETOUR SUR UNE NUIT AGITÉE

test2

En pleine période de confinement, la soirée du 31 octobre 2020 a suscité un vif émoi dans le quartier du Blosne (Sud de Rennes). Elle a été émaillée de nombreux tirs de feux d’artifice dans le ciel du quartier et aussi contre les policiers et les pompiers ! “C’est insupportable”, expliquait cet après-midi, Sylvain, agent de sécurité et habitant du quartier. “Quand je rentre du travail, j’ai envie d’un peu de calme ! Tous les jours, je suis confronté à l’agressivité des clients dans mon magasin. Je ne veux pas le soir supporter le tir de feux d’artifice. Franchement, il faut arrêter ! Ma mère, elle aussi habitante du quartier, en a ras-le-bol. Tous les soirs ou presque, des feux d’artifice sont tirés du square de Galicie.”

Arrivé vers 21 heures de son travail à la station métro Le Blosne, Sylvain s’est retrouvé face à deux voitures de policiers, un fourgon de police et un camion de pompiers. “De chez ma mère, au quinzième étage, ajoute-t-il, j’ai entendu des jeunes tirer des feux d’artifice et vu de nombreux policiers venus pour apaiser les choses.” Même constat chez un riverain âgé d’une quarantaine d’années. “Cela tirait dans tous les coins. On aurait cru à une guerre civile et à des tirs de kalachnikov. J’ai compté pas moins de quarante tirs jusque tard dans la soirée.”

Une autre jeune femme a assisté aux mêmes évènements. “Les derniers feux ont été tirés vers 23 h”, convient-elle. “Il y en a eu 7 ou 8. Ils provenaient tous du même endroit. On entendait des applaudissements et des gens qui disaient “bravo” (peut-être pour Halloween). A un balcon, un autre criait : “nique la police”. Gwendoline confirme les faits. “Je déteste la stigmatisation de mon quartier”, explique-t-elle. “Mais depuis quelques temps, des jeunes ennuient tout le monde en faisant péter des pétards sous nos fenêtres à une heure du matin. En revanche hier, c’était un guet-apens ! Ils ont barricadé la rue en plusieurs points pour coincer les pompiers et la police, et les ont visés avec les mortiers.”

Au Blosne, cette après-midi, les riverains pouvaient voir les vestiges de cette nuit de violences urbaines : un scooter brûlé, une voiture incendiée, un abribus vandalisé, des poubelles calcinées. Dans d’autres endroits de la ville, de nombreux feux d’artifice ont été également entendus notamment à Saint-Jacques de la Lande. Heureusement, aucune personne n’a été blessée. Un début d’incendie a également été maîtrisé dans la salle des billets de la station de métro Henri Fréville.… Pour l’heure, pas de réaction des élus de la ville.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

1 commentaire

  • […] Le 4 novembre, au petit matin, une opération permet l’interpellation de trois individus bien connus des services de police. Parmi eux, l’auteur a reconnu les faits. Il a été déféré devant le parquet et sera convoqué devant la justice le 1er décembre prochain avec son complice. “Cette affaire rondement menée met en avant le travail des agents de police de proximité du quartier de Maurepas”, précise-ton chez les policiers. Dans le quartier du Blosne, le week-end-dernier, de nombreux feux d’artifice avaient été tirés contre les fonctionnaires de police et les pompiers (voir notre article). […]

Laisser un commentaire