CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Patrimoine

PRAIRIES SAINT-MARTIN : COMMENT TRANSFORMER UN BEAU PROJET EN CAMOUFLET POLITIQUE !

test2

L’aménagement des prairies Saint-Martin est un beau projet. Il valorise un parc naturel en plein coeur de Rennes. Il donne aux Rennais un poumon vert, un espace ludique, un ilot de fraicheur. Il interdit définitivement une pénétrante dans cette coulée verte. Sauf que voilà, pour une sombre histoire d’expulsion de riverains de leur maison, la municipalité rennaise s’est engluée dans les marais Saint-Martin…

Contre vents et marées, Sébastien Séméril, l’adjoint au maire à l’urbanisme, et ses équipes désiraient raser huit maisons du bord du canal. “Je ne lâcherai rien,” avait dit l’élu dans les colonnes d’Ouest-France le 18 juin dernier. “Le projet se fera avec toutes les voies que nous permet le droit. Si on laisse ces maisons à des propriétaires privés, au coeur d’un parc naturel urbain, c’est la porte ouverte à la spéculation. Qui dit que, dans quelques années, ces maisons ne seront pas vendues à vil prix, pour en faire des ensembles résidentiels.”

                                                           Ne pas écraser, ne pas humilier

Au nom de l’intérêt général, la municipalité souhaitait aller à l’encontre des intérêts particuliers de quelques riverains. Il voulait faire fi de l’opposition du comité de vigilances des prairies Saint-Martin. Mais c’était sans compter sur l’avis de commissaires enquêteurs qui ont dit non aux destructions des maisonnées en juillet dernier. “En dépit de votre volonté d’exproprier, la commission d’enquête publique a confirmé le bon sens commun, à savoir l’inutilité des expropriations telles que nous l’avons toujours affirmée”, a expliqué le représentant du comité de vigilance aux élus de gauche de la ville.

2

“C’est ce genre de méthodes que la municipalité ne devrait plus avoir à l’avenir,” a ajouté Loïc Le Brun, conseiller municipal de l’opposition municipale. Pour lui, pas de doute, les riverains n’ont pas eu “le respect, ni l’écoute qu’ils avaient droit de recevoir et qu’ils étaient en droit d’attendre de la part de la majorité. A l’avenir, pour tout autre projet, je souhaite que la concertation, l’écoute,  le respect et la sérénité amènent de meilleurs résultats. Il est important de ne pas écraser, ni d’humilier.”

                                                                    Au nom de l’intérêt général

Contre les attaques, la ville se défend becs et ongles. “Nous avons toujours recherché à maintenir le dialogue. A leur demande, nous avons reçu en mairie les riverains pour échanger avec la maire et, à leur demande encore, nous avons assuré la sérénité des débats de la commission d’enquête publique”, a expliqué Sébastien Sémeril, lors du dernier conseil municipal. Mais dans cette affaire, la ville a entendu…mais n’a peut-être pas forcément écouté le désarroi de riverains. Contrainte et forcée par la commission d’enquête publique, elle est aujourd’hui obligée de faire volte-face. Contrainte et forcée, elle sera obligée à l’avenir d’écouter les Rennais pour ne pas transformer ses beaux projets en vaste cafouillage politique.

 

Le futur parc naturel Saint-Martin est un projet de requalification écologique. il sera décomposé en plusieurs secteurs présentant des lieux de promenades, des espaces d’animations,  à l’intention d’un public familial et intergénérationnel. Il offrira des zones naturelles, un arboretum, des bois, des bocages, formant une succession d’ambiances et des usages polyvalents. A noter que six maisons, un peu en retrait du canal, devraient toutefois être détruites contre l’avis du comité de vigilance des prairies Saint-Martin.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire