CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Politique

POUR LES MIGRANTS DU GYMNASE, LA LUTTE CONTINUE !

Ecrit par Dragan Brkic
test2

À l’appel d’une vingtaine d’associations, à Rennes, deux cents personnes environ se sont rassemblées ce mardi 30 octobre 2017 place de la mairie, pour lancer un énième cri d’alarme sur la situation des migrants du gymnase Échange.

“Sous l’action de 200 bénévoles, la Préfecture a relogé 100 migrants depuis l’occupation du gymnase”, a expliqué une responsable d’Un toit c’est un droit. “À la demande de l’association, elle a trouvé une solution en urgence pour quelques familles en grande vulnérabilité, lundi soir. Mais les hébergements espérés pour le 1er novembre ont été repoussés au 1er décembre.  Il reste ainsi au gymnase une trentaine de personnes dont des enfants et une quinzaine de célibataires.”

En faveur des laissés pour compte, cinquante associations rennaises veulent continuer le combat. “Nous demandons à l’État de prendre ses responsabilités sachant qu’à partir du 1er novembre au soir nous allons lâcher la gestion de cet hébergement.” Face à cette situation de détresse, la porte-parole du “collectif de soutien aux personnes sans-papiers” souhaite un “centre d’hébergement permanent 24/24, ouvert à tous”.

Sensibilisés par la situation pénible, beaucoup des citoyens présents ce mardi soir ne comprennent pas l’inertie des autorités au regard des lieux et de l’argent qui existent bel et bien. “Le site de l’Hôtel Dieu dispose de lits inoccupés et l’ancien collège de l’Adoration ne devrait ouvrir que le 1er décembre. On est vraiment en colère !”, résume un anonyme. Les Rennais présents en cette fin de journée – l’association Un Toit c’est un Droit en particulier –, s’en remettent désormais à la Préfecture.

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire