maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités

LES INFIRMIERS DEMANDENT LA RECONNAISSANCE DE LEUR SPÉCIALISATION, DES SALAIRES DÉCENTS ET DES ÉVOLUTIONS DE CARRIÈRE

test2

En plein Ségur de la santé, à l’appel de l’intersyndicale, 800 soignants (infirmiers, aides-soignants, médecins) ont défilé dans les rues de Rennes de l’esplanade du Général de Gaulle à la préfecture de Rennes, malgré l’interdiction préfectorale. En début d’après-midi, ils sont revenus vers leur lieu de départ, sans débordement, note la police. Il y a quinze jours, mardi 16 juin, ils étaient toutefois un peu plus nombreux, soit 1500 manifestants. “Les revendications datent de 2018 et depuis cela n’a jamais cessé !”, explique Patrick Surtel, président de l’ordre des infirmiers d’Ille-et-Vilaine et des Côtes d’Armor. “Jusqu’ici, il n’y a pas eu de négociations. Aujourd’hui, on nous propose de l’argent, de la rustine pour calmer la colère. Il faut des salaires décents pour éviter l’hémorragie d’infirmières dans les hôpitaux publics. Il faut revoir leurs carrières et réfléchir à leur place dans l’hôpital.” Le président de l’ordre des infirmiers demande aussi à reconnaître la “réalité” de leur spécialisation. “On nous a qualifiés de super héros, il y a encore quinze jours. Mais aujourd’hui, nous sommes sous-payés au regard de nos activités et de nos responsabilités. Entre 1300 et 1500 euros en début de carrière, ce n’est pas normal,” estimait une infirmière dans le défilé. D’autres manifestations sont prévues. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire