4.8 C
Rennes
mercredi 17 avril 2024
AccueilActualitésGymnase de l'Ille. Le campement de migrants doit être expulsé

Gymnase de l’Ille. Le campement de migrants doit être expulsé

La ville de Rennes avait saisi le tribunal administratif de Rennes ce lundi pour demander l’expulsion du campement de migrants installé dans le gymnase Constant Véron à Bourg l’Evêque. Le tribunal a ordonné l’expulsion dans les 6 heures.

Les conditions d’accueil proches du bidonville avec « des branchements et raccordements sauvages sommaires sur l’installation électrique du gymnase surchargeant le réseau et serpentant entre les tentes. Plusieurs bouteilles de gaz (…) stockées et/ou raccordées aux appareils de cuisson » et des « conditions d’hygiène particulièrement déplorables », étaient devenues trop dangereuses.

Le tribunal cite les témoignages et photographies « émanant notamment de bénévoles intervenant auprès des migrants »  expliquant qu’à l’origine, le gymnase « abritait essentiellement des familles, souvent accompagnées d’enfants ». Au fil du temps, les lieux ont été « progressivement investis par plusieurs hommes célibataires en groupe avec des comportements inadaptés, menaçants et violents, se livrant à la consommation d’alcool et de stupéfiants, à des vols et à des trafics illégaux, à du harcèlement moral ou sexuel, de l’extorsion et des menaces, rendant notamment l’ambiance au sein et aux abords du gymnase de plus en plus tendue ».

Le tribunal administratif a ainsi jugé qu’il y avait bien un caractère d’urgence à cette situation et que tous les occupants « sans droit ni titre [devaient] quitter les lieux avant le mardi 21 février 2023 à 8 heures ». La ville de Rennes pourra « avoir recours au concours de la force publique » pour y parvenir.

Pour les bénévoles d’association d’aide aux migrants, qui ne sont parfois plus les bienvenus sur le site, il était temps « que la situation évolue ». Olivier Ceccaldi, de l’association Utopia 56, rappelle que l’Etat doit fournir un hébergement à ces personnes et qu’il n’est pas possible de simplement les mettre à la rue. « On ne sait pas quand les forces de l’ordre vont intervenir, explique le bénévole. Il faut souvent un peu de temps pour trouver des logements pour tout le monde ».

 

// Dernières nouvelles publiées

ORANGE : DE LA RÉPUBLIQUE À LA RUE DE NEMOURS

La boutique orange est installée sous les arcades de la République depuis le 17 juin 2013. En novembre 2019, elle s’est refait une beauté....
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser