CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives

CONTRE LE PLAN DE DÉPLACEMENTS URBAINS : LE FRONT UNI DE LA DROITE ET DES ÉCOLOS POUR LE TRAIN

test2

A Rennes et dans les communes périphériques, il est un problème récurrent : la mobilité. Face aux embouteillages, face au stress de nos concitoyens, nos élus ont élaboré un plan de déplacements urbains (PDU). Mais pour beaucoup (la droite et les écolos), ce document n’est guère suffisant. Tant le maire de Saint-Grégoire, Pierre Breteau que Morvan Le Gentil, Président du groupe écologiste Rennes Métropole, le train est le “parent pauvre” de ce PDU. “Aucune agglomération n’a réglé ses problèmes de transport sans la brique ferroviaire”, assène Morvan Le gentil. “Notre ville archipel serait-elle l’exception ?”

A l’heure de la remise à niveau de la ligne Rennes-Retiers et de la modernisation Rennes-Nantes, maintenir l’existant ferroviaire en l’état est une duperie. “La situation exigerait un acte fort symbolique et structurant capable d’entraîner à sa suite les partenaires SNCF et la Région. Nous le crions depuis 30 ans et nous déplorons cette occasion manquée.” Comme Morvan Le Gentil, Pierre Bréteau s’emporte contre le “grand absent” : le train. “Il aurait été une vraie réponse pour notre mobilité extra-rocade (…). C’est pourquoi j’appelle aujourd’hui de tous mes vœux à la création d’une structure de mobilité avec la région Bretagne. La question de la mobilité ne peut plus être prise en charge à notre échelle institutionnelle.”

En compulsant ce PDU, Morvan Le Gentil reconnait toutefois des avancées notoires. Il se félicite de la diminution de la part de la voiture solo au profit des déplacements collectifs, de la multiplication des sites propres pour les bus, de l’ouverture des voies, du réseau express vélo… “Cette ouverture bouscule les cadres. Elle est un préalable indispensable face aux enjeux qui sont les nôtres. Mais nous pouvons aller encore plus loin en changeant notamment les motorisations des bus ou en améliorant les connexions entre les cars et les vélos,” précis le représentant du mouvement écologique.  

                                                             Laisser une place pour la voiture

Contrairement aux écolos, Pierre Bréteau veut laisser une place à la voiture. Il demande une vraie complémentarité entre autos et transports en commun grâce notamment à la création de points de stationnements de covoiturages près des arrêts de bus. “On fait tous le même trajet”, dit-il.  Archifavorable au covoiturage comme Morvan Le Gentil (“c’est toujours mieux que d’être tout seul”), le maire de Saint-Grégoire en appelle aussi à la fluidification et donc à certains endroits à la création d’axes routiers. “Cette question d’infrastructures routières existe, pardon de le dire. Elle ne peut être opposée aux modes de déplacements alternatifs, elle doit être posée tout simplement. Rien ne sert de stigmatiser certains usagers, au contraire il s’agit d’articuler les réseaux de transport.” On l’aura compris, ce PDU répond pour lui négativement à la question suivante : “Est-ce que oui ou non ce plan de déplacements urbains va améliorer la vie quotidienne des métropolitains ?

La phrase du jour de Morvan Le Gentil : “Le covoiturage a du potentiel mais c’est une illusion de faire croire qu’il est une solution”, explique Morvan Le Gentil

La phrase du jour de Pierre Breteau : “Si un usager de la route rend un service en prenant en charge un covoitureur, il serait peut-être bien de l’indemniser pour le service qu’il rend autrement que par des cadeaux bonus.”

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire