CECI EST UN TEST 1
Archives Commerces

LE BEAUCARNEA : UN PETIT DETOUR S’IMPOSE

test2

Pas facile de stationner dans le centre ville de Rennes et d’y trouver un bon petit restaurant pas trop cher. Un peu contraints et forcés par la politique du transport en commun de notre maire, beaucoup de Rennais fuient l’hyper centre pour dénicher quelques bonnes adresses dans les quartiers. Un peu comme font aujourd’hui les Parisiens dans leurs arrondissements…

En cherchant un peu, les Rennais s’inviteront à la table du Verdot rue de Paris, l’Arsouille rue Paul Bert et nous en oublions certainement…Ils pourront encore se rendre les yeux fermés rue Vaneau, à deux pas du Mail au Beaucarnéa. Ils y trouveront Alex, le sommelier et Jérémy, le cuisinier, deux copains d’enfance visiblement heureux d’être dans les faubourgs rennais. «L’endroit nous plaisait et le loyer n’était pas excessif, » confie Alex.

Ces deux-là ont indéniablement du talent. Ils proposent une cuisine fait maison et de saison avec quelques petites recettes qui vous mettront l’eau à la bouche : le merlu en filet de crème de langoustine, le velouté à la châtaigne, le sauté de pintadeau, le wok de légumes….Rien de prétentieux, mais nos deux compères ont assurément du goût pour le frais, pour la bonne chère et pour les vins naturels et bios. « J’aime me faire plaisir et donc faire plaisir, » confie Alex.

Très bonne table à partager, l’adresse séduira également par sa déco, sa terrasse intimiste, ses hôtes et ses nombreux beaucarnéas. Pour votre gouverne, sachez que le beaucarnéa n’est pas un plat martiniquais, thaïlandais encore moins japonais. Il s’agit tout simplement d’une plante d’intérieur originaire d’Amérique Centrale. Utilisée comme plante d’appartement, elle est facile à cultiver. Attention, il faut impérativement réserver dans ce petit restaurant. C’est souvent complet. Le Beaucarnea, 36 rue Vaneau, 35 000 Rennes. 02 23 46 43 65. Plat unique à 9, 50 euros, formule 2 plats : 12, 50 euros.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

2 commentaires

  • Sans vouloir faire le malin, simplement pour le respect du français :

    Erreur couramment commise

    Penser à la nourriture fait assez naturellement penser à la « chair », d’où l’écriture « faire bonne chair », fréquente… mais erronée.

Laisser un commentaire