Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités coronavirus

AU CHU DE RENNES : UN JUSTE ÉQUILIBRE ENTRE LES MALADES DU COVID-19 ET LES AUTRES PATIENTS

test2

Au CHU de Rennes, la direction ne veut pas connaître la même situation que durant le confinement. Elle veut éviter les déprogrammations totales d’opérations dans les mois à venir en répondant à un double enjeu pour la santé de tous : la prise en charge les patients COVID et la poursuite des activités hospitalières urgentes ou programmées hors COVID. “Notre établissement a déclenché le niveau 1 du plan hôpital en tension”, explique le centre hospitalier dans un communiqué. “Il se prépare à un éventuel plan blanc.”

Une réponse graduée en fonction des besoins

Prévus par l’hôpital, les plans de mobilisation dans les services de réanimation, médecine, soins de suite et réadaptation n’ont plus rien à voir avec ceux imaginés au printemps. Ils prévoient des “solutions tenables” dans le temps et refusent désormais des unités de soins dédiés à 100% à la prise en charge des patients COVID. Au contraire, ils souhaitent des secteurs COVID et NON COVID au sein des unités d’hospitalisation (avec respect des mesures barrière).

Néanmoins, les services accueillant des patients particulièrement vulnérables feront exception à la règle. Ils ne prendront pas en charge de patient COVID : c’est le cas de la néphrologie, de l’hématologie et de la gériatrie aiguë. Pas en revanche non plus d’arrêt total des activités chirurgicales : elles seront maintenues, régulées entre spécialités et réduites “progressivement ” au regard de la montée de l’épidémie. Certains services pourraient d’ailleurs profiter de lits disponibles dans les hôpitaux privés rennais.

Dans un contexte tendu aux urgences et de rattrapage d’opérations

Au plus fort de la crise au printemps, le CHU de Rennes avait accueilli 89 patients dont 37 en réanimation et soins critiques. La tendance monte aujourd’hui une augmentation des cas en réanimation, après un doublement des cas hospitalisés entre le 8 et le 27 septembre de 17 à 33 patients (7 patients sont décédés depuis le mois de juin). Mais nous sommes encore loin des chiffres connus eu printemps dernier dans les services du CHU avec 22 patients hospitalisés au 30 septembre.

Au 30 septembre, le nombre de cas COVID-19 confirmés en Bretagne est de 12 973 depuis le 26 février (+ 441 patients positifs sur 2 jours). Près de la moitié (49,4%) résident en Ille-et- Vilaine et représentent 70% des nouveaux cas des deux derniers jours. Parmi les cas positifs en Ille-et-Vilaine, 639 patients ont été pris en charge à l’hôpital : 9 en service de réanimation ; 68 autres modes d’hospitalisation et 562 retours à domicile.

Photos CHU

Phrase du jour : Le taux d’incidence en Ille-et-Vilaine s’élève donc à 116,35 pour 100 000 habitants au 30 septembre. Supérieur à 50 pour 100 000 habitants, il caractérise donc une zone de circulation active du virus synonyme d’une dynamique épidémique défavorable.

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire