CECI EST UN TEST 1
Actualités

À DEUX PAS DE RENNES : BÉCHÉREL, UNE CONJUGAISON DE PLAISIRS

test2

À trente kilomètres de Rennes, Bécherel n’est pas une commune où l’on se rend par hasard. Perchée à plus de 175 m d’altitude, elle est un petit joyau de ruelles entrelacées et de vieilles maisons en granit posé sur un promontoire rocheux. Ville croquignolette, son église est toujours ouverte et ses remparts sont balayés par les vents. 

Béchérel possède au moins 16 librairies, 13 galeries d’art, ateliers de calligraphie et de reliure.

Première Cité du Livre® en France, ce joli village breton demeure accessible à ceux qui aiment la littérature, les « poches » écornés, les rares éditions et le recueil des poètes oubliés. Ici, ses habitants ne jurent que par le livre, rien que le livre. Là-bas, on compte une quinzaine de libraires, que dis-je de bouquinistes, qui vendent des milliers d’ouvrages, rangés dans des bibliothèques brinquebalantes.

À Béchérel, les bibliophiles retrouvent leur travers maladif et leur portefeuille percé… Dans ce temple des belles lettres, ils dénichent un original de Louis XV de Voltaire ou les volumes maudits de Louis-Ferdinand Céline ou de Lautréamont. Rien n’est trop cher pour eux, rien n’est trop beau pour assouvir leur passion secrète.

En chemin, le promeneur fera escale dans les rues de la Chanvrerie et de la Filanderie. Non sans raison… Le lin et chanvre ont fait la fortune de Bécherel du XVIe au XVIIIe siècle. On affirme même que son fil de lin, connut une renommée dans l’ensemble du royaume, ainsi qu’outre-Manche et outre-Atlantique. Au passage, la halte reste obligatoire sur la place des anciennes halles, bordée de riches logis tels que l’Hostellerie de l’Écu de Laval (XVe) et la maison dite « du Gouverneur » (XVIe).

A retenir : En plus du marché du livre, de nombreux événements rythment la cité et la vie de ses habitants. La fête du livre se déroule le week-end de Pâques durant lequel des exposants, des invités, des conférences, des spectacles accompagnent cette fête pendant 3 jours. La nuit du livre a lieu plus tard début août, avec des concerts, des livres à chiner, des animations littéraires et artistiques à la lumière des bougies.

Un détour obligé : le Versailles Breton

Bien peu de touristes font le détour par le château de Caradeuc. Pourtant, la visite du Versailles breton est enchanteresse et bucolique. Berceau du Procureur général de La Chalotais, l’endroit est un trésor de verdure où les chemins mènent toujours vers des recoins romantiques et mystérieux.

Derrière le magnifique portail d’entrée, le visiteur empruntera une allée rectiligne bordée de tilleuls et de rosiers qui conduit vers la demeure. Ici, commence la plus belle des promenades au milieu du temple des buis, des statues du comte de Falloux et de Jeanne d’Arc, nichées dans des havres de nature.

En chemin, halte obligée sur la terrasse nord du parc. La vue y est imprenable sur les collines dinannaises et la campagne avoisinante. Au soleil couchant, on y restera volontiers le temps d’un roucoulement et d’un baiser fougueux. Rien de tel, dit-on, pour se donner du baume au cœur et achever la balade le long des allées aux noms champêtres. Château de Caradeuc. Du 1et juillet au 2 septembre, tous les jours de 12 h à 18 h. 

Saint-Pern : une représentation diabolique

A Saint-Pern, à deux pas de Béchérel, le bénitier de l’église, construit au XVIe siècle (classé aux monuments historiques en 1955), représente un joueur de musette (cornemuse proche de l’actuelle veuze) à la tête de singe ! « Le musicien est au beau milieu d’une scène où la lune rappelle l’obscurité et le chat le malin, » convient un paroissien.  Rien de plus étonnant que cette représentation diabolique : la musette, instrument profane et populaire, était souvent le symbole de débauche et de vice. « Réputés gais “lutineurs”, les saltimbanques n’étaient pas les derniers à rafraîchir leur gosier desséché… » explique un petit panneau. « Cette réputation leur vaudra de figurer “dignement” sur les tableaux des frères missionnaires à partir du XVIIe siècle comme pêcheurs émérites. » 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire