"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Manifestations à Rennes Politique

DEUX MANIFS RENNAISES EN UNE : L’UNE RADICALE, L’AUTRE CALME

“J’ai entendu un grand boum, puis un deuxième”, explique un enfant du Vieux Cours. “Les filles avaient peur, moi je jouais au diabolo…”

Devant le mur de son école, ou est inscrit “ni loi, ni travail”, l’enfant n’a rien vu de la manifestation. Mais il a bien entendu le bruit de la “manif”.  Partis de l’esplanade de Gaulle, des milliers de manifestants ont défilé ce jeudi 23 juin 2016 dans le calme durant deux heures le long des quais et avenue Janvier. “Nous ne cèderons pas,” expliquait Gaétan. “Nous sommes toujours autant dans la rue.”

3

Le second cortège est parti de l’esplanade du Général de Gaulle.

2

Au moment du casse de la vitrine Giboire.

9

Important dispositif déployé dans le centre ville.

4

Des slogans partout

6

Des vitrines taguées.

8

Manifestation dans le calme.

10

Un slogan en faveur de l’étudiant éborgné sur le pont.

 

 

A la fin de la manifestation, esplanade du Général de Gaulle, un second cortège est reparti en direction du commissariat de police puis de la rue Saint-Hélier. Au passage, l’hôtel de police a été aspergé de peinture. De nombreuses vitrines ont également été saccagées ou taguées par des jeunes cagoulés. “C’est la deuxième fois que cela arrive,” explique un professionnel de l’immobilier. “Nous étions à l’intérieur et nous avons eu vraiment peur. Il faut que cela cesse.” La manifestation s’est terminée par des tensions entre force de l’ordre et une centaine de manifestants non loin de la rue Saint-Hélier.

DSC05209

La vitrine de Giboire a été vandalisée.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire