CECI EST UN TEST 1
Actualités

UN DÉFILÉ CONTRE LA GUERRE EN UKRAINE

test2

Ce samedi 26 février 2022, à 15 h 30, devant la République, à l’initiative de plusieurs associations et de syndicats, environ 2000 manifestants se sont réunis pour condamner l’agression de la Russie contre l’Ukraine. Ils étaient accompagnés de nombreuses familles ukrainiennes, de Russes et de personnalités politiques rennaises de gauche (l’homme fort du conseil départemental). 

Après une minute de silence, les présidents du mouvement de la paix et Bretagne-Ukraine, ainsi qu’une citoyenne russe, ont pris la parole. L’un a dénoncé l’attaque de Vladimir Poutine contre un peuple souverain et la démocratie. Le second a appelé à éviter l’escalade de la violence et de la guerre. « Nous devons envoyer des armes aux Ukrainiens », a demandé la Russe.

Sous des « Slava Ukrajina ! » (Vive l’Ukraine), un cortège a pris la direction de la place de Bretagne. « Je suis écœuré par cette agression. J’ai vécu la même chose en 2008 en Géorgie. L’Europe et le monde doivent absolument réagir face à ce dictateur sanguinaire », précisait une jeune Géorgienne, le long des quais. « J’ai connu une situation semblable en 68, après l’invasion de Prague. Les Russes ont voulu aller jusqu’enYougoslavie. Mais tous les hommes se sont mobilisés à la frontière pour contrer l’envahisseur. Les Russes ne comprennent que la force », expliquait un ex-Yougoslave.

Paix ou guerre ? Isolé au beau milieu de quelques drapeaux rouges, un militant communiste scandait des « non à la guerre, oui à la paix ». Le représentant de l’association Bretagne-Ukraine a vu…rouge en exigeant de vive voix le contraire ! Une légère dispute a éclaté entre les deux hommes, juste aux côtés de deux Ukrainiennes en pleurs.

Situation cocasse : Elle est survenue un quart d’heure avant la manifestation. « Je suis arrivé pour le rassemblement, mais j’ai vu un groupe de gens qui ne ressemblaient pas vraiment à des manifestants pour l’Ukraine. En fait, c’était le convoi de la liberté qui partait défiler en ville avec une caravane de trois à quatre voitures qui klaxonnaient et chantaient. C’était vraiment en décalage avec la réalité. On est quand même au bord de la guerre ! »

 

A propos de l'auteur

Dragan Brkic.Jean-Christophe Collet

Laisser un commentaire