"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Faits divers

MEURTRE DE LA TOUR D’AUVERGNE : UN VRAI GUET-APENS

“Quand je suis passé devant la boite de nuit, des gens pleuraient !”, explique une commerçante du quartier. Comme beaucoup de Rennais, elle a été particulièrement choquée par la mort d’un homme âgé de 24 ans, devant une discothèque du boulevard de la Tour d’Auvergne, dans la nuit de vendredi à samedidernier. 

Quelques jours après le drame, difficile de démêler les tenants et les aboutissants de cette sordide histoire. D’après nos informations recueillies auprès des proches de l’affaire, la victime (qui serait serveur au Kenland) aurait été bousculée et insultée à l’intérieur de l’établissement par quelques individus. “Le motif de l’altercation verbale est difficile à déterminer, mais il pourrait s’agir d’un rivalité masculine autour d’une femme”, indique une source. 

Incités à sortir de la boite de nuit, les agresseurs sont restés devant l’établissement où ils ont retrouvé leur souffre-douleur vingt minutes après, sortant par une issue de secours avec un de ses amis. Malgré les appels au secours de son camarade (lui-même a subi des violences) auprès des videurs , la victime aurait été littéralement rouée de coups. “Les agresseurs auraient même sauté à pieds joints sur le malheureux alors qu’il se trouvait au sol”, ajoute une source. 

Laissée pour morte, la victime est décédée des suites des blessures dans la journée de dimanche, après avoir été prise en charge par le SAMU sur place. L’autopsie ainsi que les scanners réalisés ont révélé “un fracas facial prédominant à gauche et un traumatisme encéphalique majeur”. Ses quatre agresseurs, dont vraisemblablement deux frères, sont actuellement entendus par le parquet de Rennes.

Agés respectivement de 22 à 28 ans, les auteurs ont été mis en examen pour meurtre avec guet-apens concernant la victime décédée, pour violences aggravées par réunion, ivresse et guet-apens pour son ami. Seul l’un des quatre mis en examen présentait des antécédents judiciaires pour violences volontaires aggravées. Ils pourraient être placés en détention dans les prochains jours. 

Fait à noter : la victime et l’un de ses amis ont été maintenus dans la discothèque durant quinze à vingt minutes. Ils avaient quitté l’établissement par une impasse réservée au personnel afin d’éviter toute autre altercation. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Commentez

Laisser un commentaire