"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Stade Rennais

FICHAGE ETHNIQUE : L’EX DU PSG OLIVIER LÉTANG BLESSÉ

Ecrit par Dragan Brkic

Selon Médiapart, qui s’appuie sur des révélations de Football Leaks, des recruteurs du PSG ont pratiqué le fichage ethnique dans les catégories de jeunes durant la période 2013 à 2018. A l’annonce de ces révélations, tous les sites d’information ont passé en boucle l’information. Un reportage a même été consacré dans l’émission dominicale Envoyé Spécial sur France 2.

Deux noms d’actuels dirigeants rennais sont cités par Médiapart : Olivier Létang, président du Stade Rennais, et Marc Westerloppe responsable depuis peu du suivi et du développement individuel des joueurs. A l’époque des faits, le premier était directeur sportif adjoint puis principal du PSG, tandis que Westerloppe dirigeait, en 2013, la cellule du recrutement au niveau national hors île-de-France.

Interrogé par les journalistes d’Envoyé spécial, Marc Westerloppe parle d’un faux témoignage qui serait sorti des données de Football Leaks. En revanche, Olivier Létang a très vite réagi : sur le site de l’Equipe. Il se dit “profondément choqué et blessé par les allégations parues dans différents organes de presse”. Il affirme par ailleurs “que le racisme et la discrimination n’ont pas leur place dans le sport”.  Le club du PSG, lui, reconnaît néanmoins que “des formulaires avec des contenus illégaux ont été utilisés”.

Yann Gboho, 13 ans, venant du Havre, avait été notamment été rejeté par la cellule recrutement alors qu’il présentait un profil remarquable. Marc Westreloppe l’aurait alors refusé pour respecter la mixité du club. Curieux destin pour Westerloppe, le sélectionneur, et Gboho le joueur : ils se retrouvent désormais tous deux sous les couleurs rouge et noir. Quelqu’un aurait voulu les remettre face à face dans la vie, il ne s’y serait pas pris autrement…

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire