Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

FEUX D’ARTIFICE AU BLOSNE : LES POLITIQUES APPORTENT LEUR SOUTIEN AUX POLICIERS ET POMPIERS

test2

Dans la nuit de samedi à dimanche dernier, le quartier du Blosne a vécu une nuit de violences urbaines (tirs de feux d’artifice contre les policiers et les pompiers, abribus dévasté, voiture incendiée). Ce mardi soir, soir deux jours après les évènements, Nathalie Appéré a enfin réagi sur le plateau télé de TV Rennes. ” Je dis tout mon soutien aux pompiers et policiers visés par ces tirs d’artifice. Ce sont des actes inadmissibles et intolérables. Le confinement, c’est un moment compliqué. Si en plus des personnes s’octroient le droit de ne pas respecter les règles et d’avoir des comportements dangereux, c’est intolérable. La police est très active. Je ne doute pas de leur efficacité. Je sais qu’ils sont sur le terrain tous les jours”, a-t-elle expliqué.

Condamnation du président du département

Bien en avant, Jean-Luc Chenut, président PS du département d’Ille-et-Vilaine et président du Service d’incendie et de secours, avait condamné avec la plus grande fermeté ces “tirs dangereux, dont une partie a été effectuée horizontalement en direction des sapeurs-pompiers et des forces de l’ordre. Je souhaite que les auteurs de ces actes délictueux et irresponsables soient interpellés et déférés à la justice. J’exprime tout mon soutien aux pompiers et aux policiers victimes de ces actes dans l’exercice de leurs missions ainsi que toute ma solidarité aux sapeurs-pompiers d’Ille-et-Vilaine mobilisés pour la sécurité des habitants.”

Représentant de la droite, Charles Compagnon, a tenu à envoyer un communiqué à notre rédaction.” Ce nouvel épisode d’ensauvagement a pour victimes les habitants des quartiers prioritaires et ceux qui sont là pour les protéger (pompiers et policiers). Notre pensée va d’abord à̀ tous les habitants des 5 quartiers prioritaires de notre ville. Ils sont dépossédés de leurs lieux de vie depuis trop longtemps. Leur liberté fondamentale de se déplacer, leur est confisquée. Ils n’ont plus le droit d’aller et venir comme ils le veulent. Ils doivent faire leurs courses dans les commerces locaux pendant que les trafiquants dorment. Pour eux le couvre-feu à 20h00 existe depuis longtemps ! “

Ensauvagement pour Charles Compagnon

” Leur vie est rythmée par cette mafia locale, dont certains membres n’hésitent plus à̀ exhiber leurs armes à feu “, précise-t-il. ” Ils ont pris depuis longtemps, trop longtemps, le contrôle de la vie de nos concitoyens des quartiers prioritaires en surveillant les allées et venues de chacun et c’est inacceptable. Depuis plusieurs semaines des feux d’artifices rythment leurs nuits. Ils sont contraints le jour et n’ont plus le droit, maintenant de se reposer la nuit et c’est intolérable. “

La droite ne veut plus de “discours de complaisance, ni faire preuve d’une naïveté” en brandissant la seule prévention comme un bâton magique. “La liberté est dévoyée par le déni quasi angélique qui caractérise la vie politique rennaise depuis un demi-siècle maintenant. Les solutions sont multiples et doivent surtout être coordonnées entre l’État et la municipalité.”

Mais aujourd’hui, Charles Compagnon pointe la politique de la ville menée dans nos 5 quartiers prioritaires. “La municipalité doit accompagner la restauration de l’autorité par un soutien et un partenariat avec les forces de l’ordre via une police municipale armée et plus nombreuse, ainsi que par une augmentation de la vidéo-protection permettant de retrouver et d’arrêter plus facilement et rapidement les auteurs de crimes et délits. Il faut aussi permettre aux habitants de porter plainte facilement et surtout en sécurité pour faciliter également l’identification des délinquants et de leurs réseaux. La liberté collective ne peut se vivre sans restauration de l’autorité, de même que la liberté individuelle ne peut être effective sans responsabilité. C’est tout l’objectif de l’état de droit d’en faire une réalité à condition d’en avoir les moyens humains et matériels.”

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire