CECI EST UN TEST 1
Archives Patrimoine

FAC PASTEUR : UN HOTEL A PROJETS

test2

Antoine Cressard (opposition municipale) est plutôt un homme modéré. On n’est pas héritier d’une certaine tradition familiale pour rien…Mais quand il qualifie le projet de réhabilitation de la Fac Pasteur de « nébuleux » au dernier conseil municipal. Il n’a peut-être pas tort…Dans ce bâtiment emblématique, la ville veut créer un « hôtel à projets » où seraient installés à l’étage sur plus de 2600 m2 des acteurs qui ne trouvent pas facilement leur place « dans les cadres habituels de la ville », selon les propres termes de Sylvie Robert, adjointe au maire et sénatrice.

Derrière cette population, l’élue socialiste entend des acteurs émergents (traduction des jeunes), des artistes, des membres d’associations…Bref, comme elle le dit si bien des publics venant des disciplines artistiques et culturelles, de l’insertion sociale ou du numérique. « Ils expérimentaient des formes de pratiques nouvelles et des projets collaboratifs dans des ateliers de fabrication, de production ou dans des cellules de travail, » dit-elle en substance.

A l’en croire, la ville veut faire de la Fac Pasteur un endroit singulier et particulier sous l’impulsion de l’école du TNB, du lycée de Bréquigny, de l’Université de Rennes 2 et d’autres institutions. « Cette expérience semble mieux encadrée que votre projet d’université foraine, » reconnaît toutefois Antoine Cressard. Il n’en demeurera pas moins vigilant sur les budgets de fonctionnement et sur l’évolution de cet hôtel à projets qu’il espère temporaire. « Cet endroit doit éviter de se transformer en un espace fréquenté par des initiés. Il devra être ouvert aux Rennais en général. »

Mais qu’il se rassure, la ville ne semble pas encore très certaine de son projet. « Notre réflexion nous donne beaucoup de possibilités, » indique Sylvie Robert. Et pour en trouver d’autres… la municipalité tient à organiser le 18 décembre à la Fac Pasteur un séminaire sur la réhabilitation des bâtiments patrimoniaux avec sociologues, universitaires et tutti quanti.

Une école au rez-de-chaussée

Au rez-de-chaussée de la fac Pasteur, la ville entend réaliser une école maternelle de huit classes sur 1600 m2 avec un centre infos école, des salles de maîtres, de motricité et de lectures ainsi qu’un pôle de restauration. Un groupe scolaire jugé un peu cher par l’opposition. « La ville estime le coût de l’opération à 10 millions d’euros,» a rappelé Antoine Cressard, lors du dernier conseil municipal. « Or le coût de la construction de l’école Nelson Mandela, inaugurée cette année, s’élevait à 9 millions d’euros. Il s’agissait pourtant d’un groupe scolaire entièrement neuf alors qu’ici l’école sera installée dans des bâtiments préexistants. » Outre le coût, l’opposition municipale craint les creusements dans un sol inondable, le timing serré du chantier et l’enfermement de l’école dans un bâtiment clos. « Il faudra veiller que la maternelle ne pâtisse pas du caractère contraignant de son site et de sa situation. Dans cette affaire, nous devons prendre en compte l’intérêt des enfants et des personnels qui vont y vivre quotidiennement sur toute autre considération. »

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire