21 C
Rennes
lundi 24 juin 2024
AccueilActualitésENCORE UN DEGRÉ DE VIOLENCES AU-DESSUS 

ENCORE UN DEGRÉ DE VIOLENCES AU-DESSUS 

Jeudi 23 mars 2023, Rennes a vécu sans doute l’un des moments les plus intenses de ces derniers jours, à l’occasion de la manifestation contre la réforme des retraites. Dès l’arrivée du cortège au pont Pasteur, les confrontations ont été violentes vers midi. Durant de longues minutes, les gaz ont plu sur les manifestants sous le regard de passants médusés.

 

En revanche le plus dur restait à venir. À La République, l’ambiance était tendue. Sous les cris de « tout le monde déteste la police », des jeunes harcelaient les hommes en tenue devant les galeries Lafayette. En réponse, les forces de l’ordre actionnaient le camion à eau et lançaient de nombreuses lacrymogènes. L’air devenait irrespirable. Mais pas de quoi faire trembler les manifestants les plus violents, parfois très jeunes, ils tentaient de monter des barricades, d’allumer des brasiers, d’avancer derrières des poubelles. 

Au loin, vers 13 h, un feu d’artifice était tiré au milieu du parking de la Vilaine, sous les vivats de la foule. Devant La Poste, une mère de famille, avec ses deux filles, pleurait à chaudes larmes. « Un homme de 41 ans présent dans le cortège a été victime d’un traumatisme au genou et pris en charge par les pompiers », précisait alors la préfecture dans un communiqué. « Trois fonctionnaires ont été atteints par d’objets. »

Dans le centre-ville de Rennes, c’était le chaos. « Nous connaissons beaucoup de dégradations de mobiliers urbains, de jets de projectiles, d’acide et de feux de poubelles. » Sur les quais, deux agences immobilières étaient vandalisées et leur matériel incendié sur la chaussée. Rue d’Argentré, deux ultras lançaient des pavés contre la police qui intervenait pour interpeller des individus, dont un vieil homme passablement énervé et soutenu par la foule. Tout proche, une femme était soignée devant la vitrine d’un commerce sous les projectiles. Impossible en revanche de connaître son état de santé. 

Non loin, un grand feu était allumé sur les quais devant des policiers harcelés de tout côté. Au loin, la place de Bretagne était noyée sous un nuage de lacrymogènes. Un jeune homme était blessé à la tête. On ne comptait plus alors les barricades jusqu’à 16 h, où les tensions reprenaient dans le quartier Sainte-Anne. « Le Gouvernement doit impérativement faire un signe », expliquait un passant. « Sinon, on va à la catastrophe. » 

Bilan de la préfecture à 17 h 20 : 3 fonctionnaires de police blessés et 13 autres agents contusionnés. 4 manifestants pris en charge par les pompiers (Leur état de santé n’est pas préoccupant). 15 interventions de pompiers pour feux de poubelles et barricades. 13 interpellations principalement pour jets de projectiles, dégradations diverses, port d’engins pyrotechniques, d’armes de destination.

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

UNE FRESQUE DU NUMÉRIQUE PAR LES ÉTUDIANTS D’ÉPITECH

À l’heure où chacun de nous est invité à contribuer à la réduction de sa consommation énergétique, l’école d’informatique Epitech prend l’initiative ! Récemment, 736...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser