Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités Faits divers

AFFAIRE DU PISTOLET À BLANC BRANDI DEVANT ZOLA : LE RÉCIT D’UN TÉMOIN ET DE L’AUTEUR DE LA VIDÉO

test2

À côté de l’église Toussaints, vers 16h05, vendredi dernier, une rixe a opposé deux adolescents âgés de 15 ans, élèves de seconde au lycée Emile Zola, sous les yeux de nombreux témoins filmant la scène (quarante personnes). Après quelques secondes, un troisième larron, scolarisé en seconde au lycée Saint-Martin et ami de l’un d’eux, a tiré deux coups de feu en l’air avec une arme factice.

Interpellé, il a été entendu au commissariat de police de Rennes ou des auditions sont toujours en cours. Impossible en revanche d’en savoir plus auprès des policiers. “Les jeunes prennent des risques inconsidérés en utilisant ce genre d’armes”, confie un policier. “Dans de pareilles situations, il faut toute la maîtrise de nos agents pour ne pas répondre à ce qui pourrait être considérée comme une attaque armée contre un policier.” Interrogé par nos soins, Noam, élève en seconde du lycée Emile Zola, témoin de la scène et auteur d’une vidéo ayant fait le buzz, est revenu sur cette affaire. “Après de nombreuses insultes, les deux adolescents ont décidé de se rejoindre près de notre lycée», explique-t-il. “C’était un règlement de compte ! Ils ont commencé à se bagarrer réellement. Jamais, ils ne s’étaient battus auparavant.”

              “Il voulait peut-être impressionner !”

Sur place, Noam a bien entendu deux coups de feu. “Des plus petits (élèves au Collège) sont partis en courant. J’ai été moi-même très surpris. J’ai alors arrêté de filmer”, précise-t-il. “Très peu savaient que c’était un pistolet factice. Ceux qui se battaient n’étaient pas dans une mise en scène en revanche celui qui a sorti le pistolet, je pense que oui ! Il voulait peut-être impressionner ses potes !” Dans un établissement réputé calme du centre-ville, cet événement surprend beaucoup. “On ne voit pas beaucoup de bagarres de ce type à l’exception de l’an passé où il y en avait eu quelques-unes avec des ados de Villejean”, confie Noam. Mais il ne comprend pas l’attitude du lycéen de Saint-Martin. “Il n’était pas obligé de sortir son arme. Il pouvait très bien séparer les protagonistes, sans brandir son pistolet. J’ai été très choqué sur le coup. Depuis, nous en avons beaucoup parlé avec nos amis.”

Au retour des vacances, Noam craint de nouvelles embrouilles. “De nombreuses bagarres ont parfois lieu à l’extérieur du lycée”, confirme-t-il. “Il y aura peut-être des problèmes. Mais j’espère qu’ils seront suffisamment intelligents pour ne pas en provoquer d’autres.” Son grand frère est aujourd’hui inquiet. “D’un côté ce genre d’événements m’étonne, de l’autre, non ! A Rennes, il y a beaucoup d’agressions. Noam a été agressé en plein jour par une bande d’individus. Moi-même, en trois jours, on a essayé de me voler mon téléphone deux fois, lors des Transmusicales.” Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de cette affaire. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire