CECI EST UN TEST 1
Actualités

VILLEJEAN : UN COMPLEXE AQUATIQUE ET LUDIQUE EN 2026

test2

Le complexe “aqualudique” était attendu dans le quartier de Villejean depuis de nombreuses années. Il ouvrira au début de l’année 2026 et remplacera l’actuelle piscine  devenue vétuste pour un montant de 24 millions d’euros. “Nous en construisons une nouvelle dans la mesure où il n’était plus possible de réhabiliter la plus ancienne (bientôt cinquante ans d’âge)”, explique Frédéric Bourcier, conseiller délégué aux sports.

Compléter l’offre rennaise

Installé sur le terrain de sport à proximité du Parc du Berry, ce nouvel équipement complètera utilement l’offre rennaise. Il permettra de proposer un projet moins “énergivore”, plus complet qu’une simple nouvelle piscine et davantage adapté aux goûts et aux pratiques actuels à deux pas de la rocade (800 m).

Fruit d’une concertation citoyenne (selon la municipalité), ce complexe a pour but d’augmenter de 30 % le nombre de créneaux par rapport à la situation actuelle. “Chaque petit rennais doit pouvoir apprendre à nager dans son parcours scolaire”, confie l’élu. Dans ce nouveau lieu, l’espace intérieur va s’étendre sur 4 000 m2. Il sera composé d’un bassin sportif de 375 m2 (25×15 m, six lignes d’eau), d’un second bassin de 300 m2 destiné aux apprentissages et aux pratiques ludiques, un espace ludique de 100 m2 pour les 5-18 ans, deux toboggans avec des vitesses différentes…

A l’extérieur, l’espace de 4700 m2 sera constitué d’une large partie enherbée, d’une espace ludique (trois fois plus grand qu’à l’intérieur), d’un solarium végétal et d’un pantaglisse (quatre couloirs). “Ce complexe devrait permettre tous les usages d’une piscine avec une dimension ludique extérieure et intérieure”, ajoute l’élu. “Son objectif sera de réduire de 20 % la consommation d’énergie et de couvrir les besoins en électricité par des énergies renouvelables (à hauteur de 35 %).”

Un avant-projet en 2023

En 2022, la ville choisira le maître d’œuvre et 2023, élaborera l’avant-projet. “Nous ne ferons pas une simple piscine”, précise Yannick Nadesan. “Cet espace sera une certaine idée de notre engagement, de notre investissement pour la ville.” Sur les bancs de l’opposition, Jean-Émile Gombert (en remplacement d’Antoine Cressard) regrette l’inaction de la municipalité durant des années. “L’actuelle piscine de Villejean a été laissée 45 ans sans rénovation majeure. Elle s’est vue désertée progressivement par les habitants du quartier au profit d’autres bassins. Résultat, il n’y a pas d’autre choix à priori que de construire une nouvelle piscine sur un nouveau site.”

Pour l’opposition, cet ambitieux projet serait couteux. “Il représente un investissement non négligeable de la part de notre collectivité (24 000 000 € TTC.). Mais l’expérience de ce type de dossiers nous oblige déjà à nous poser la question de la possible dérive des couts de cette opération », précise le conseiller municipal. “L’histoire de notre municipalité ne manque pas d’exemples de larges dépassements de budgets initiaux sur des projets déjà onéreux au départ, comme le Bâtiment Pasteur, dans le mandat précèdent. Et plus récemment le mois dernier, nous avons encore voté une rallonge conséquente pour le chantier de l’Antipode. Une fois encore, on a l’impression que les projets majeurs de votre municipalité sont voués systématiquement à déraper financièrement. C’est pourquoi nous serons particulièrement attentifs à l’évolution de ce projet, car une fois lancée il ne sera plus possible de revenir en arrière vu la nécessité de cet équipement moderne, pour le quartier de Villejean ainsi que pour notre ville.”

On ne peut pas tout faire !

Face à̀ de tels investissements, l’offre doit être maximum sur l’ensemble des quartiers rennais et cela toute l’année, centre-ville y compris, espère l’opposition. “A ce titre, la fermeture de la Piscine Saint Georges, pendant les deux mois d’été, interroge. Il n’est pas sérieux d’invoquer des raisons techniques et de personnels ou d’une supposée fréquentation moindre l’été par les riverains, comme si tous les habitants du centre-ville partaient en vacances pendant deux mois ou disposaient d’une résidence secondaire avec piscine sur le littoral ! Toutes ces raisons sont en contradiction avec la politique municipale affichée de promouvoir la pratique de la natation à Rennes.” En réponse, Frédéric Bourcier se défend. “On ne peut pas tout faire ! On ne peut pas refaire un bassin olympique, un bassin extérieur à moins d’avoir 36 millions ! Mais cet investissement ne serait pas raisonnable. Notre compromis dynamique va permettre plus d’usages pour plus de Rennais de toutes les générations et là est l’essentiel. Ce type d’équipements permettra de soulager la tension sur les autres bassins.”

La polémique rennaise : “nous modernisons les piscines rennaises”, nuance Loïck Le Brun (conseiller municipal de l’opposition). “Mais on ne peut parler d’augmentation. Villejean ne remplacera que Villejean ! L’offre n’est pas bonne au regard de l’augmentation de la population et elle n’est pas à la hauteur d’une ville comme Rennes.” Réponse de la maire, Nathalie Appéré : “le complexe ludique sera complémentaire de la piscine de Pacé.”

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire