"
portefeuille cuir homme femme Rennes
Patrimoine

REDÉCOUVRONS RENNES CET ÉTÉ : L’ÉGLISE DES SACRÉS-COEURS

Située au cœur d’un quartier sympa et tranquille, au sud de la gare (négligé par l’office de tourisme), l’église des Sacrés-Cœurs est sans doute l’une des plus belles de Rennes. Sous l’impulsion du chanoine Albert Girard, sa construction débuta le 28 octobre 1908 sur les terrains de l’ancien manoir de Villeneuve (acheté pour 72 000 francs de l’époque) pour s’achever sept ans plus tard, en 1915. Le clocher fut même construit en 1961.

Impressionnant de pureté et de beauté, l’édifice religieux est édifié avec deux pierres du pays ; le grès de Saint-Germain-sur-Ille et le schiste pourpre de Pont-Réan. De style néo-gothique il est l’œuvre d’un architecte de la capitale bretonne et connu pour ses nombreux édifices religieux, Arthur Regnault. “Il a voulu construire une église de village, modeste et faconde”, expliquent Hélène Guené et François Loyer dans leur ouvrage L’Eglise, l’Etat et les Architectes. “Il y est fort bien parvenu, car l’ambiance de l’édifice, par l’intimité de son échelle et la carté de ses dispositions spatiales, est extrêmement convaincante et invite à la paix et au recueillement.”

A l’intérieur, le maître autel de ‘église est monumental et ses vitraux ont été posés en 1950 par le maître-verrier Gabriel Loire. L’orgue de 27 jeux, d’esthétique romantique est pour sa part signé Mutin Cavaillé-Coll et conçu pour le marquis Melchior de Polignac. “L’expérience acquise par Regnault dans la construction de petites églises à budget modeste va lui permettre d’en amener le type à sa perfection.”

Dans une des chapelles, le célèbre mosaïste rennais Isidore Odorico a signé la salle sous laquelle reposent les restes du fondateur de la paroisse et du premier curé, le chanoine Sallier-Dupin. Petit regret : un nouvel immeuble est désormais édifié à quelques mètres seulement de  l’église. Bien que les architectes aient tenté de respecter l’âme du lieu en posant ici où là quelques pierres du pays sur le nouvel immeuble, on peut regretter qu’une telle construction ait été envisagée à deux pas d’un ouvrage reconnu par la fondation du Patrimoine. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire