6.9 C
Rennes
samedi 25 mai 2024
AccueilActualitésPATRIMOINE : SEMERIL CONTRE LA DROITE ET UNE PARTIE DE SA MAJORITÉ

PATRIMOINE : SEMERIL CONTRE LA DROITE ET UNE PARTIE DE SA MAJORITÉ

A Rennes, en centre ville ou dans les quartiers, les démolitions sont sur toutes les lèvres. « T’as vu, » explique l’un. « Ils ont encore cassé une maison, rue de Vern. C’est dingue. Notre rue va devenir une rue de l’Alma Bis ! » Cet exemple peut être décuplé partout rue de Nantes, rue de Chatillon, boulevard Léon Bourgeois et bien d’autres.

Encore une fois, lundi soir, la question de la démolition de nos maisons a été abordée au conseil municipal sous l’impulsion des Amis du Patrimoine. Encore une fois, l’adjoint au maire, Sébastien Séméril a fait valoir ses arguments. Il a parlé de modèle rennais. Il a évoqué le besoin de reconstruire la ville sur la ville et de loger toutes les populations. Bref, il a milité en faveur de la densification contre l’étalement urbain, en faveur des apparts pour tous contre la maison pour tous à la campagne.

                                   Accueillir tous les Rennais

En construisant des immeubles neufs, Sébastien Sémeril veut loger tous les Rennais à des prix attractifs (2000 euros le m2 au Blosne et à Maurepas). En construisant des appartements neufs, il veut devenir un monsieur Fréville Bis et pourquoi pas construire les prochains bâtiments classés de la ville ! Sauf que voilà, il oublie peut-être le ressenti des Rennais et aujourd’hui l’avis d’une grande partie de sa majorité (ce qui est plus ennuyeux !).

ob_23a015_img-2408

Petite maison en schiste détruite dans le quartier Sacrés-Coeurs.

Car oui, dans sa majorité, les élus du Front de Gauche de l’UDB et les écolos demandent en substance l’arrêt des destructions. « Nous allons dans le sens des Amis du Patrimoine », a confié Ana Sohier, conseillère municipale UDB. L’élue ne veut pas en effet d’une « vision court-termiste », de « bâtiments standardisés » Même son de cloche chez les élus du Front de gauche. « Nous ne souhaitons pas la disparition du patrimoine bâti au profit d’opération spéculative. »

                        Contre le respect du patrimoine

A l’instar de ses collègues de gauche, Gaëlle Rougier (écologiste) a protesté contre la démolition des maisons de schiste, des maisons de ville de la rue de l’Alma et en particulier de tous les petits espaces végétalisés. Mais plus qu’une autre, elle a mis des mots à l’incompréhension des Rennais. « Il faut considérer l’attachement, le sentiment et le ressenti des Rennais. » Un sentiment déjà exprimé de nombreuses fois par Clarisse David, conseillère municipale de droite et répété encore une fois au conseil municipal de Rennes. « Les Rennais sont dépités et leur grogne est aujourd’hui perceptible. »

Contre la politique urbaine, Clarisse David ne veut plus de réponses habituelles. Elle ne veut plus de constructions d’immeubles bigarrés sans unité, voire d’habitations où personne n’a envie d’aller ! Contre la politique de la destruction de la ville, elle demande la rénovation des maisons. Comme Gaëlle Rougier, elle demande enfin une prise de conscience, une nouvelle définition élargie du patrimoine. Seront-elles entendues ? Sébastien Sémeril devra faire avec le patrimoine s’il veut cesser toute polémique et dépassionner le débat comme il l’a souhaité lundi soir !

IMG_1919 - copie 2

Pour en savoir plus

A Rennes, 1864 bâtiments sont répertoriés dans un inventaire du patrimoine d’intérêt local, annexé au plan local d’urbanisme. Seulement 1 % d’entre eux ont été démolis depuis 1998 contre la construction de 19 000 nouveaux logements. « C’est 1 % de trop, » estime un avocat rennais. « Cet inventaire devrait permettre de s’opposer à toute démolition. Mais ce n’est évidemment pas le cas.»

ob_482fc1_ob-0a517c-img-7624

Villa détruite rue de Fougères

 

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

L’ASIE AUTREMENT AVEC MANON

Manon, 31 ans, est « Travel planner » depuis janvier 2024, à Rennes. Passionnée de tourisme et d’Asie, elle a décidé d’offrir ses conseils pour permettre...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser