12.1 C
Rennes
dimanche 19 mai 2024
AccueilActualitésOÙ CELA NOUS MÈNERA-T-IL ? 

OÙ CELA NOUS MÈNERA-T-IL ? 

Mercredi 22 mars 2023, vers 10 h, les pêcheurs se rassemblent sur l’esplanade du Général de Gaulle. Ils viennent du Tréport, de Granville, de Lorient et du Guilvinec. Quelques années après la funeste manifestation de 1994 (incendie du Parlement), ils sont toujours en colère. « La situation s’est empirée », explique le Lorientais, Thierry. « On n’en peut plus. On met nos bateaux à la casse, on nous contrôle tout le temps, on nous impose des réglementations et des quotas ; sans compter les écologistes qui au lieu de nous accuser des marsouins devraient s’en prendre aux Espagnols. Nous sommes devenus un métier de soumission ! » 

Une délégation de pêcheurs a été reçue par la préfecture. 

Visiblement, les pêcheurs (en compagnie de jeunes ultras) en ont gros sur le cœur au moment où ils partent vers le centre-ville. Mais très vite, leur manifestation dégénère sur le pont Jean-Jaurès, sous une pluie fine. Nombre d’entre eux tentent de rejoindre le palais de justice, barré par un cordon de CRS et le camion à eau. Il est onze heures. Les manifestants tirent des fusées de détresse en direction des policiers. L’une atterrit sur le toit d’un immeuble, rappelant un sombre jour où le Parlement de Bretagne s’était embrasé en 1994. 

En réplique, les forces de l’ordre emploient des gaz lacrymogènes. Elles réussissent à éparpiller les opposants. Mais sur le pont, un homme se tord de douleurs. Il est blessé à la jambe par un tir d’un autre contestataire (voir notre article : https://www.rennes-infos-autrement.fr/centre-ville-trois-manifestants-blesses/). En même temps, les plus ultras tentent de passer par la rue d’Orléans en jetant des projectiles sur la police. En vain, ils sont repoussés vers le pont Jaurès où se concentrent les affrontements durant près d’une heure. 

Dans une ambiance surréaliste, les confrontations sont violentes. Un peu avant midi, un tracteur file à petite vitesse vers les forces de l’ordre. Moment de tension énorme. Mais l’engin est stoppé par des policiers qui chargent et font reculer les manifestants, rue Maréchal Joffre. Midi, une barricade est édifiée devant le restaurant le Pied de Nez. Mais là encore, les hommes en tenue agissent pour repousser 200 ultras vers le boulevard de la Liberté. Un autre protestataire est alors blessé au nez. 

Vers 13 h, un dernier feu est allumé rue d’Isly. Les opposants les plus virulents se dispersent sous les ultimes charges policières. « Les tentatives d’ériger des barricades ont été contrariées par les interventions immédiates et successives des policiers et sapeurs-pompiers », note la préfecture dans un communiqué. Au total, neuf personnes ont été interpellées pour dégradations et usage de fumigène sur les forces de l’ordre. Trois ont été blessées durant le rassemblement. « Cinq feux ont été éteints. » Où cela mènera-t-il ? Rennes connaît depuis quinze jours des manifestations violentes. 

jean-christophe collet
jean-christophe collet
Lancé par le journaliste Jean-Christophe Collet en 2012/2013, www.rennes-infos-autrement.fr devient un site d’informations en 2015 et est reconnu comme site d’informations en ligne par le ministère de la Culture et de la communication.

// Dernières nouvelles publiées

LE FIEF : UN BAR DE COPAINS

Place du Champ-Jacquet, Guirec Foucault n’est pas un inconnu. Jusqu’à récemment, il tenait Le Bon Moment. Aujourd’hui, il inaugure Le Fief. « En deux ans...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser