portefeuille cuir homme femme Rennes
Patrimoine

LE PALAIS DE LA TRANQUILLITÉ PUBLIQUE PROVOQUE LE DÉBAT…PUBLIC

“Nous voulons faire de ce palais Saint-Georges une maison de la citoyenneté”, explique Marc Hervé, adjoint au maire. Dans ce palais de proximité, la ville a prévu un pôle “de la tranquillité publique” de 1500 m2 (police municipale en mots clairs), un pôle “bureau administratif” de 2260 m2, un pôle “fonctions mutualisées” de 720 m2 et un pole dédié aux jardins Saint-Georges de 240 m2.

                           Un bâtiment réhabilité 

Entièrement occupé, entièrement réhabilité, entièrement écoresponsable pour un coût de 18, 755 millions, le palais Saint-Georges accueillera 243 d’agents “de terrain” municipaux. “Totalement libéré d’ici la fin 2020, après le départ des pompiers, il sera investi d’ici 2022-2023”, précise Marc Hervé, adjoint au maire. En revanche pas question de conserver les secours. “Un poste avancé de 18 agents ne permettrait pas la garantie des secours dans le centre ville”, assure Marc Hervé.

Un point pas du tout partagé par le Front de Gauche. “80% des interventions de la caserne Saint Georges concernent le centre-ville. Ces secours, à partir de l’avenue François Château (en face de Baud-Chardonnet), ne relèveront pas du même scénario de déplacement. Sur le chemin, les couloirs bus, passages piétons et cyclistes, compliqueront inévitablement la rapidité des secours. Ils exposeront les pompiers, les piétons, cyclistes et autres véhicules à des dangers supplémentaires”, commente Jean-Paul Tual, conseiller municipal.

                            Dans la précipitation

Favorable au regroupement des services municipaux sur un seul et même site (palais Saint-Georges), la droite s’interroge sur la rapidité de ces travaux.”En début de mandat, la réhabilitation du Palais Saint-Georges ne présentait pas un caractère urgent. Et aujourd’hui, à quelques mois des élections municipales, soudainement, la ville a considérablement accéléré ses prises de décisions ! Cette précipitation lui fait passer une case essentielle : celle de la concertation !”

Encore une fois, regrette la droite, les Rennais n’ont été à aucune reprise sollicités concernant le devenir de ce bâtiment emblématique de la ville ! “Ce manque de concertation, de co-construction, avec les Rennais est d’autant plus regrettable que cette réhabilitation est quasi mitoyen, à quelques pas, de l’Hôtel à projet de la place Pasteur, pourtant vitrine rennaise à la pointe de la participation citoyenne et de l’urbanisme démocratique… “

Une interrogation sur la réhabilitation: “Etant donné le caractère patrimonial et historique de ce bâtiment et son état de détérioration dans lequel vous l’avez laissé évoluer depuis plusieurs années, le montant alloué à la rénovation [< 4000€/m2] nous apparaît faible. Ce sentiment est d’ailleurs partagé par un certain nombre d’experts…Comme pour tous vos projets de réhabilitation, nous espérons que nous n’assisterons pas dans les prochaines années à votre envolée coutumière des coûts auxquels vous nous avez habitués dans les différents projets que vous avez menés !”, explique Bertrand Plouvier, représentant de la droite.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire