Petite maroquinerie Rennes - CREATIONACC

CECI EST UN TEST 1
Actualités Politique

LE DÉPUTÉ MUSTAPHA LAABID DOUBLEMENT CONDAMNÉ VA SE POURVOIR EN CASSATION

test2

Ancien Socialiste, devenu Macroniste, Mustapha Laabid aurait pu être un député de la nouvelle vague. Venu du monde associatif et des quartiers, il aurait pu représenter le renouveau. Mais patatras, il a été pris la main dans le sac pour avoir détourné de l’argent de l’association Intermed dont il était le président. Une première fois condamné, il faisait appel devant la cour d’Appel qui vient ce jour d’alourdir sa peine (comme bien souvent dans pareil cas) : il a écopé de huit mois de prison avec sursis, 10 000 € d’amende et 3 ans d’inéligibilité.

Au lieu d’accepter la condamnation, lui et son avocat, Julien Delarue, vont se pourvoir en cassation et c’est leur droit. “Je suis en colère, dégoûté. J’avais foi en la justice de mon pays”, a-t-il déclaré en exclusivité à nos confrères du Télégramme de Rennes “Mais force est de constater que je n’ai pas été jugé comme un justiciable ordinaire. Depuis le début de l’affaire, le parquet a refusé le dépaysement du dossier. Je ne suis pas dans la victimisation ou la théorie du complot mais très clairement, une telle peine alors que je n’ai pas d’antécédent judiciaire, c’est une décision très sévère.

“Une autre solution aurait peut-être été envisageable”, explique un commentateur politique. “Il démissionnait et préparait sa défense devant la justice. Cela aurait été classe et tout à son honneur. D’autres l’ont fait avant lui alors qu’ils n’étaient même pas sanctionnés par la justice. Il se cramponne aujourd’hui à son poste. C’est dommage et cela ne grandit pas la fonction législative. En ces temps difficiles où de nombreux Français vont peut-être se retrouver à la rue, on aurait aimé un peu plus de grandeur, quand bien même pour l’homme qu’il est cette situation doit être difficile à vivre.” 

Le député tape même plus fort sur les ondes de France Bleu Armorique. “Ce procès rennais nous en connaissions tous l’issue. Ce jugement est une injure à la justice. Parce que je ne suis pas issu du même milieu et de la même caste, parce que je ne fréquente pas ces cercles et ces loges, parce qu’ils m’ont considéré comme illégitime à ma fonction ils se sont tous mis d’accord pour m’arracher mon écharpe de député.(…) Je n’ai pas été un justiciable comme un autre dans cette affaire. Ce jugement rennais a été rendu sans justice. Des juges parisiens décideront de ce qu’il en est.”

L’ancien président de l’association Intermed est accusé d’avoir détourné une somme de 21 545 euros de 2005 à 2017 pour ses propres besoins (voir notre article). Il avait été condamné en première instance en août 2019, à six mois de prison avec sursis, 10 000 € d’amende et trois ans d’inéligibilité, après une enquête de la police judiciaire de Rennes. Il y a un mois, l’avocat général avait requis une peine de six mois avec sursis, 10000 euros et cinq ans d’inéligibilité (soit deux ans plus qu’en première instance). Le juge a été plus sévère sur la peine d’emprisonnement mais beaucoup moins sur la question de l’éligibilité. 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Laisser un commentaire