CECI EST UN TEST 1
Archives Patrimoine

LA COURROUZE : L’ÉCOLE SIMONE VEIL OUVRIRA EN 2021

test2

D’ici 2021, le pôle éducatif Simone Veil sera construit sur le secteur de la Grande prairie, à la Courrouze (ancienne cartoucherie). Il sera composé de locaux partagés entre le groupe scolaire et la crèche pour un  coût global d’opération s’élevant à 19 080 000 € TTC (valeur mars 2017).

Retenu par la ville, le cabinet d’architecture parisien Brénac et Gonzales veut s’inscrire dans l’histoire du site. Il souhaite “offrir, par le choix d’une image architecturale contemporaine, un fonctionnement rigoureux, des espaces intérieurs de qualité et des lieux partagés généreux, lisibles et lumineux.” 

                                Une ouverture en 2021

“Ce projet qui piétine depuis 2011 prend enfin consistance”, a commenté Antoine Cressard (Les Républicains). “Le groupe scolaire et la crèche ont désormais un nom Simone Veil et un visage séduisant à l’œil et offrant un aspect moderne lumineux, boisé et compact”, ajoute-t-il. 

Mais pour l’opposition municipale, ce dossier aurait dû se faire bien plus vite ! “Approuvé en 2011 pour une ouverture initiale en 2016, un premier projet de groupe scolaire fut arrêté en 2014 en raison de la découverte d’une poche de pollution au solvant chloré dans le sol. Après une longue valse-hésitation, la municipalité a finalement fait le choix en 2016 d’abandonner le site initial au profit de l’actuel emplacement”, rappelle Antoine Cressard.

“On aurait pu cependant éviter ce retard, pénalisant pour les habitants du quartier”, ajoute l’élu. “si notre municipalité avait pris en compte l’avis des experts qui déconseillait d’édifier cette école et cette crèche sur une friche industrielle non préalablement dépolluée. Cet aspect du dossier doit nous servir de leçon pour les futurs projets d’aménagement prévus sur d’anciennes friches industrielles et en particulier pour les groupes scolaires à venir. Ce sera le cas de la future école prévue sur la ZAC Chardonnet Baud dont les sols sont très probablement pollués.”

Le regret du jour : “Le choix d’installer la cour élémentaire et le plateau sportif au premier et au second étage peut entrainer de la part de parents certaines réticences concernant la sécurité, même si ce dispositif existe déjà dans le groupe scolaire Nelson Mandela à Beauregard”, confie Antoine Cressard. 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire