CECI EST UN TEST 1
Archives Patrimoine

JOURNEES DU PATRIMOINE : L’AVIRON N’AIME QUE LE BAUD !

test2

Lors des Journées du Patrimoine, il y aura les traditionnels endroits à visiter : l’hôtel de Courcy, la préfecture, la cathédrale…

En revanche pour ceux qui aiment l’insolite et le nouveau, détour obligé par la plaine de Baud où la Société des Régates rennaises propose une exposition commentée : le patrimoine fluvial rennais (XIXe-XXe siècles) le samedi 17 septembre. Mais pas seulement…il sera également possible d’y découvrir de vieux bateaux d’aviron et à moteur construits entre 1910 et 1950, des photos anciennes et de s’initier à la machine à ramer !

Grâce à cette visite commentée, on plongera dans le monde de la Société des Régates rennaises née il y a plus de 150 ans à l’emplacement actuel du Jardin de la Confluence dans le prolongement du Mail. On ira à la rencontre des canotiers d’alors. “A cette époque,  c’est un espace déjà dédié aux activités nautiques”, explique le site de la Société des Régates rennaises. “On y trouve un constructeur de bachots et de péniches, une cale de carénage et des barques de location (15 en 1877 et 9 en 1880). Et surtout, on y pratique les baignades sauvages, « sans le moindre caleçon ».

                      On se baignait dans la Vilaine sans le moindre caleçon !

Doyenne des sociétés sportives de Rennes, la SRR comptait dans la vie locale. Mais elle avait parfois du mal à pratiquer son sport favori. “Les premiers déplacements des rameurs étaient conditionnés par l’existence de liaisons ferroviaires pour le transport des bateaux. “Jusqu’au début des années 1930, les embarcations, démontées, étaient arrimées sur un chariot en bois et conduits, à bras, jusqu’à la gare, pour être chargées sur un wagon plateforme, deux ou trois jours avant la régate. “Arrivés sur place par le train, les sportifs devaient à nouveau mener l’attelage jusqu’au bassin de compétition !” 

Parfois, les bateaux étaient transportés par péniche jusqu’à Dinan ou Nantes. Mais heureusement en 1934, les conditions de transport deviennent meilleures. La SRR dispose d’une première remorque (avec coussinets en caoutchouc, coffre et bâchage) grâce à un de ses membres et ingénieur, Jacques Perret. Depuis, les voyages sont encore plus simples pour les rameurs rennais. Mais c’est une autre histoire !

                               La traversée de Rennes en aviron

Pour le centenaire du club, une régate internationale fut organisée, le 11 mai 1969, avec la participation de Brno, d’Exeter et de près de 14 autres clubs.  Au total, 20 courses furent disputées. Huit ans plus tard, en 1977, la SRR, est transférée à la base nautique de la plaine de Baud où, “entre le Pont de Strasbourg et Cesson-sévigné, elle poursuit la diversification des pratiques de l’aviron (randonnées, aviron-entreprise, aviron scolaire et universitaire, handi-aviron, aviron-sport-santé-seniors…).”

La SRR dispose aujourd’hui d’un parc de plus de 70 embarcations et accueille près de 200 rameurs et rameuses de Rennes et des environs. Elle est toujours active mais on renouerait bien avec quelques-unes de ses pratiques anciennes. Elle organisait jadis la grande traversée de Rennes à l’aviron ! Samedi 17 septembre, de 10 à 12h 30 et de 14h à 18h Base Nautique de la Plaine de Baud. Centre d’entraînement de la Société des Régates Rennaises.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire