maroquinerie Rennes

CECI EST UN TEST 1
Actualités Stade Rennais

DÉPART D’OLIVIER LÉTANG : LES COULISSES D’UN LICENCIEMENT !

test2

Olivier Létang, président, a été viré du Stade Rennais. Il en a été informé jeudi par l’actionnaire unique François-Henri Pinault, lors d’un conseil d’administration à Paris, en présence de Jacques Delanoë, enfant du pays et président dudit conseil. Difficile en revanche de connaître les raisons d’une telle décision. Mais d’après quelques sources non officielles, Olivier Létang était de plus en plus décrié par de nombreux proches de la famille Pinault et d’anciens du Stade Rennais.

Outre le coach Julien Stéphan et Sabri Lamouchi qui ne cachaient pas leur mésentente avec leur président, Jean-Luc Buisine (ex-directeur du recrutement), Laurent Schmitt (agent de joueur et recruteur notamment de Sio)  auraient eu la dent dure à l’égard d’Olivier Létang auprès des Pinault. Ils ne seraient pas d’ailleurs les seuls. “Olivier Létang n’est pas du cru !”, explique un proche de cette affaire. “Il en paye certainement les conséquences.” Mais étonnamment, beaucoup de membres du conseil d’administration ne semblaient pas au courant comme Jacques Delanoë (très proche de la famille Létang) et n’ont été guère impliqués. “Nous sommes dans une procédure de licenciement comme il en existe beaucoup dans le groupe Pinault. C’est une décision de patron ! Olivier Létang paye son comportement à l’égard de l’actionnaire. Il n’a peut-être pas été assez loyal et ne donnait pas toujours les infos. Résultat, on l’a écarté ! J’espère seulement qu’on ne lui a pas demandé de faire le sale boulot avant d’être licencié lui-même…”, dit un proche du Stade Rennais.

                             Actif et passif : les raisons d’un départ

A l’actif d’Olivier Létang, le Stade Rennais a retrouvé une belle image et un trophée depuis plus de cinquante ans : la coupe de France. Il pointe aujourd’hui à la troisième place du classement. Mais au passif d’Olivier Létang, comme le soutient ce matin L’Equipe, les Pinault n’auraient pas apprécié que leur président ait commencé de discuter directement avec le Réal de Madrid de l’avenir du jeune Camavinga sans qu’ils soient mis au parfum. Pis encore, la famille Pinault aurait appris après coup les départs de fidèles salariés du club. “Depuis, ajoute L’Equipe, l’actionnaire a aussi regardé de plus près les comptes et le bilan financier autour des transferts (…). Rafik Guitane aurait été annoncé à l’actionnaire à 6 millions alors qu’il était de 10 millions (1).”

Payant sans doute sa gestion personnelle, son management, son attitude, Olivier Létang devrait bien retrouver du boulot. “Il avait également un défaut”, précise un proche du Stade. A la différence de René Ruello qui présidait à titre gracieux, il coûtait cher !” Mais à Rennes, les supporters, bien loin de ces affaires, sont nombreux à s’interroger. “Pourquoi virer un président quand cela fonctionne bien ?” questionne l’un d’eux. Mais en haut lieu, ce licenciement ne serait qu’une péripétie parmi d’autres. “Dans deux ou trois matchs, si Rennes gagne, tout sera bien vite oublié ! On a bien viré Gourcuff, après cinq victoires d’affilée ! Comme les autres, il a été bien vite zappé ! Ce sera le cas de Létang, également.”

(1) Depuis, les Pinault ont démenti ces informations dans le journal Ouest-France.

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire