CECI EST UN TEST 1
Actualités

CLEUNAY : IL FAUT DU FLAIR POUR LUTTER CONTRE LES STUPÉFIANTS

test2

Dans le quartier Cleunay, ce mercredi après-midi, les habituels dealers se sont envolés comme des petits moineaux ! Ils ont pris peur face au déploiement d’une trentaine de policiers municipaux et nationaux, en présence de la brigade canine, venue pour inspecter les caves et les halls d’immeubles. La place demeure libre pour une opération de contrôle avec Jeko, malinois spécialisé dans la détection de stupéfiants. 

 

Dès leur arrivée, le maître-chien et son animal investissent la cage d’escalier du 61 rue du champion de Cicé. Tous deux n’oublient rien. Tout est passé en revue par le flair de la bête : les boîtes aux lettres, le local à vélo, les armoires électriques, les paliers… Derrière eux, le major, chargé du secteur, explique les raisons de cette intervention. « Nous remplissons notre rôle de police de proximité », convient-il. « Nous devons venir régulièrement pour lutter contre les trafiquants. » 

Nous recensons avec les bailleurs les halls, les parties communes des résidences les plus visitées par les dealers », confie un responsable. 

Mais pas le jour pour discuter, le chien descend dans un parking souterrain. Il court à droite et à gauche. « Très vite, avec lui, on sait si, oui ou non, des stupéfiants peuvent être trouvés, » assure un représentant des forces de l’ordre. Par acquit de conscience, son maître lui demande de chercher garage par garage du cannabis ou autres. Il s’exécute volontiers. « À sept ans, Jeko dispose d’une certaine expérience. Récemment, nous avons découvert de la marchandise illicite dans un parking d’une dame : elle l’avait sous-loué à un trafiquant », affirme un deuxième agent

La lutte contre les drogues est devenue une priorité des autorités dans les quartiers rennais. Régulièrement, les policiers interviennent sur les quartiers du Blosne, de Maurepas et de Villejean. À Cleunay, un homme a tué un second, devant le centre commercial, le 17 mars dernier. « Nous voulons rassurer les populations en présentant le travail commun avec la police municipale », estime le la major. La police nationale a effectué quatre interpellations dans le quartier. 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire