CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives Commerces

L’HORLOGER A FAIT SON HEURE !

Ecrit par Dragan Brkic
test2

Après le vendeur de fripes, c’est au tour de l’horloger. Rue Saint-Michel, dans le centre ville, Yves Garel, va quitter son horlogerie d’ici la fin du mois de décembre. Il était à la tête de l’un des derniers petits commerces de proximité du quartier. La fin d’un temps !

Horloger-bijoutier, Yves Garel occupait les lieux depuis 41 ans. Il réparait, rafistolait, remontait les pendules, les montres, les horloges, les vieux coucous. Arrivant toujours à l’heure, il repartait toujours… à l’heure. “C’est une figure de la rue !” assure Marc. “Son départ va nous faire un grand vide.”

Habitant le quartier, Julie n’est pas non plus insensible à son départ.  “J’aime venir dans sa boutique”, convient-elle. “C’est l’âme du quartier ! Après la fermeture de sa boutique, je vais être obligée d’aller dans un supermarché pour réparer mes montres, et c’est loin de me plaire.”

En perdant un nouveau commerce de proximité, l’âme de Rennes s’envole un peu ! “Avant que mon père ne l’achète en 1959, ce pas-de-porte était une épicerie”, confie-t-il. “A cette époque, ce n’était pas la seule boutique. Juste à côté, au coin de la rue de Penhoët, la fameuse charcuterie Rouault existait depuis la fin du 19ème siècle. Un peu plus loin, il y avait une autre charcuterie ainsi qu’un magasin de pêche où, gamin, j’allais vendre du gardon pêché au niveau des anciens abattoirs.”

Au fil du temps, Yves en a vu des disparitions. “Au bout de la rue, un magasin d’électro-ménager allait devenir plus tard le Cotton Bar, le premier des débits de boissons.” Mais cessons-là l’inventaire à la Prévert pour saluer le départ d’un homme arrivé en janvier 1976 dans son commerce tenu par son père depuis 1959. On vous le dit, c’est la fin d’une époque…

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire