portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités Faits divers

WEB ELLIS : UNE ATTAQUE VIOLENTE DE L’ULTRA GAUCHE

Hier soir, vers 20h30, le centre-ville de Rennes a été témoin de la deuxième attaque de bar en quelques semaines par des groupes d’extrême-gauche encagoulés. “Après celle de l’Eté Indien, que j’ai été le seul à condamner fermement, le Webb Ellis (où se tenait une réunion du comité de lecture d’une revue de droite conservatrice (L’étudiant Libre), a été victime d’une nouvelle action violente portant atteinte au droit collectif de se réunir”, explique Charles Compagnon, candidat de droite à la municipalité de Rennes.

“Ce théâtre désolant ne doit plus être toléré dans la capitale bretonne. Il est urgent d’investir dans la sécurité et la tranquillité publique des Rennais comme le prévoit le code des collectivités territoriales (article L 2122-24). C’est une aspiration légitime des Rennais particulièrement attachés aux libertés fondamentales telles que la liberté d’expression, la liberté d’opinion ou la liberté d’aller et venir dans nos rues. Refusons ensemble cette violence croissante dans notre ville pour engager le temps de l’action depuis trop longtemps négligé. Nous avons tant à vivre à Rennes, tant de belles choses à partager. Puissions-nous demain parler de la beauté de notre ville plutôt que de ses blessures.”

Même condamnation de la part de Bertrand Plouvier, ancien candidat. “Hier soir à Rennes, les valeurs de la République ont été une nouvelle fois violées.Violées par des militants d’extrême gauche qui ne respectent plus rien ni personne. Violées par des extrémistes qui agissent en toute impunité à Rennes depuis de nombreuses années. Rennes qui s’illustre une nouvelle fois dans la violence, une violence impunie, une violence qui résulte d’une forme de laxisme et de tolérance depuis 40 ans à Rennes.

Ces agresseurs masqués aux méthodes totalitaires qui n’ont même pas le courage d’assumer leurs actes odieux, ces agresseurs qui s’attaquent à la Liberté d’expression pourtant garantie par notre Constitution. Cette agression ultra-violente et lâche n’est pas sans rappeler celle dont nous avons été victimes avec Amélie Dhalluin lorsque nous avons été agressés par ces mêmes extrémistes lors d’une réunion publique pendant la campagne des présidentielles de 2017. Une agression qui à l’époque avait été condamnée par quelques élus républicains rappelant que les agresseurs remettaient en cause l’idée même de Démocratie.

Cette nouvelle illustration de violence n’est pas sans rappeler les actes de dégradations dont Rennes est régulièrement victime en marge des manifestations. Au-delà des condamnations d’usage, nous attendons des actes, des actes forts. Tout doit être mis en œuvre afin que les agresseurs soient retrouvés, traduits en justice et que la Loi soit appliquée. Force doit rester à la Loi et non à la violence.”

 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire