portefeuille cuir homme femme Rennes
Actualités

C’ÉTAIT POURTANT L’HEURE DU TAIT !

Ecrit par Nico ssais

Tout avait bien commencé, le Tait s’annonçait chaud dans les maillots du SRFC avec une vague de canicule venant d’Angers, prête à rompre toutes les défenses de ligue 1 comme touchées par ce réchauffement climatique annoncé sur les bords de Vilaine mais la vie n’est pas un long fleuve tranquille dans les eaux troubles à la confluence de l’Ille.

                      Où Tait Flavien ?  Où t’es ?

Le disque tube de Flavien Tait était finalement aussi rayé que le maillot du Sco d’Angers et la mélodie du transfert sonna rapidement faux transformant la chaleur estivale en fièvre automnale.  Même soigné par le jeune urgentiste Dr Stephan heureux d’avoir été embrassé par la passion du foot sous un Guy, le Stade rennais resTait malade sans remède miracle.



Quand la santé va tout va, mais avec ou sans Tait rien ne va plus, les jeux sont d’ailleurs presque faits. Depuis quelques semaines, ça senTait pas bon et le délicat fumet de la lose est encore venu imprégner les draps rennais cette nuit au Celtic park, dans ces conditions peu auront une érection matinale, ce vendredi matin, c’est la débandade… 

Mais ce soir ou était flavien ? Où Tait flavien où t’es ? Où Tait flavien où t’es ? On t’a définitivement perdu sur une route entre Angers et Rennes probablement abandonné sur une aire de repos du côté de Janzé ou noyé près d’un Moulin à Angers, on ne saura jamais.  

                                    Le Tait bien chaud !

Tu devais être le cauchemar des défenseurs mais tu finis par faire peur à tout le peuple Breton, ton fantôme plane au dessus de nos têtes et finit par hanTait nos nuits. Pourtant Julien avait décidé de nous servir le Tait bien chaud ce soir sur la pelouse du Celtic, on s’attendait à ce que le tait stimule mais il était finalement presque imbuvable, pas bio à voir et à boire.

Un Tait sans saveur, à peine une verveine camomille qui aurait dû nous endormir mais a fini par nous énerver. Avec du recul c’était juste un Tait d’oreiller parfait sur lequel a pu dormir Siebatcheu sur le côté gauche du lit du Celtic…et gauche n’est pas uniquement synonyme des qualités de notre pauvre Jordi qui n’a pas raté que l’avion mais aussi le cadre et son match.

Ce match qui aurait pu être le Tait d’union avec les supporters venus en masse pour sa rédemption. Mais le jeu distillé ce soir fut difficile à supporTait et la cirrhose guette les supporters de galette saucisse à chaque apparition de leur numéro vingt. Car une nouvelle fois ce fut un 20 rouge pâle, pas rouge et noir, une piquette au pays du whisky, il n’a jamais réussi à nous enivrer, à nous faire tourner la tête sauf pour regarder ses frappes s’approcher du poteau de corner. 

                                       Remettre les pendules à l’heure !

Flavien vint errer une grosse heure sur son aile sans jamais s’envoler, la tête plantée dans ce maudit gazon écossais pour une prestation ras des pâquerettes ! Dans tous les cas il va falloir remettre les pendules à l’heure au retour en petite Bretagne.  

Tel Gullit, le constat est rude et ce fut une sortie raTait, comme la majorité de ses initiatives du premier trimestre – bilan 1 sur 20 pour le numéro 20 – aucun progrès constaté, peut nettement mieux faire ou pas pire sinon c’est un redoublement assuré en réserve et chacun sait que l’on ne roule jamais longtemps sur la réserve…

Une seule question ce soir sur toutes nos lèvres gercées d’avoir trop criées dans le froid et l’humidité, comment peut on autant raTait ?  Maintenant il faut vite digérer cette fin de soirée funeste de deuil de la ligue europa qui laisse un goût amer de vieux relent tourbé dans les gorges nouées de chaque supporter du Srfc.

                               Une victoire cul-sec

Dimanche après midi, on va revenir voir Saint-Tait (Saint-Etienne) et, espérons le, une victoire cul-sec en cette fin de semaine pour tous les fervents supporters rennais qui auront pris l’habitude dans les pubs de finir tous leurs “verres” pour oublier. Le supporter est bon, généreux, persévérant, fidèle, il peut se faire à l’idée d’une énième saison raTait, c’est son Adn depuis qu’il a revêtu la tunique bicolore du stade chère à Jeanne Mas.  
Pour autant, il ne veut pas comme ce soir finir en train de comaTait à attendre une hypothétique perfusion mercatoriale de globules rouge et noir en janvier ou juillet prochain.. Allez flavien va et vient comme Tait dirait Mac Donalds, apporte nous ta vitalité tant attendue, un but, une passe décisive ou même un simple dribble réussi, on n’est pas exigeant mais on ne veut pas que tu ailles t’épanouir à Saint-Tait dans 2 ans ! “

A propos de l'auteur

Nico ssais

Laisser un commentaire