Actualités Faits divers

VILLEJEAN, CLEUNAY ET BELLANGERAIS : DE NOMBREUX COUPS DE FEU EN TROIS MOIS !

“Cette nuit, j’ai entendu trois rafales”, assure un habitant du quartier de Villejean, rue du Bourdonnais. “C’est de plus en plus grave. Heureusement, je m’en vais. Je construis une maison à Romillé.” Comme lui, ils sont nombreux à se plaindre depuis déjà de nombreuses années. “Cela fait des années que le quartier se dégrade. C’est même pire avec la rénovation de la dalle. Depuis, des traîne-savates y passent leurs journées, affalés sur le mobilier urbain en ne laissant pas la place aux gens normaux qui veulent vivre paisiblement”, expliquait David dans nos colonnes, il y a déjà trois ans. 

Photo Dragan Brkic

Samedi, vers 23 heures, deux personnes ont été blessées dont l’un grièvement lors de cette fusillade. Elles ont été prises en charge par les médecins du CHU de Pontchaillou, après avoir été emmenées par des proches. Mais cette après-midi, les  riverains étaient sous le choc à l’endroit où une trentaine de douilles de pistolet 9 mm ont été retrouvées par la police. L’enquête est confiée aux hommes de la police judiciaire sous fond de règlement de comptes entre trafiquants de stupéfiants.

A Rennes, il y a un mois, des coups de feu avaient été entendus par de nombreux riverains dans le quartier de Cleunay.  Il y a quelques semaines, une rixe avait opposé pour un motif inconnu deux bandes rivales dans le quartier de la Bellangerais, sur une dalle commerciale, à deux pas d’un parking. Elle s’était mal terminée pour l’un des belligérants, âgé de 21 ans, qui avait été blessé à la cuisse par balle. Heureusement, pour lui, le tireur avait mal visé…

                                          Des réactions politiques

Très vite, de nombreuses réactions sont venues de la part des candidats de droite et extrême droite aux élections municipales auprès de notre rédaction. “Depuis des dizaines d’années, nous alertons sur l’explosion de l’insécurité́ et nous dénonçons l’ensauvagement de Rennes. Ces scènes de guérilla autrefois réservées au cinéma ou aux zones de non-droit du 93 ou de Marseille sont de plus en plus fréquentes dans notre ville. Malgré́ les différentes équipes municipales, malgré́ les gouvernements de “droite” comme de gauche qui se sont succédé́, la situation rennaise s’est considérablement aggravée”, explique le candidat RN Emeric Salmon. “L’insécurité des Rennais n’est pas qu’un “sentiment”, elle est réelle ! J’en fais ma priorité́ absolue pour les 6 ans à venir, la peur doit enfin changer de camp ! Face à̀ l’inaction de l’État, j’exigerai des renforts conséquents de policiers nationaux. Je triplerai les effectifs de police municipale : elle sera sur le terrain de jour comme de nuit et j’armerai moralement et physiquement ses membres.”

A droite, Charles Compagnon en appelle à une prise de conscience. “Ces dramatiques faits divers autour du trafic de drogue prennent toujours plus d’importance dans de nombreux quartiers rennais portant atteinte au droit à la sécurité́ des habitants. Je ne peux me résoudre à relativiser l’augmentation de 38 % des incivilités depuis quatre ans en me disant qu’il y a pire ailleurs. Je ne peux pas laisser dire qu’il y a simplement un sentiment d’insécurité́ à Rennes. Je ne veux pas non plus laisser faire au prétexte qu’il s’agit d’une compétence de l’État, comme se plait à le répéter Mme Appéré, candidate à sa succession.”

Contre l’insécurité, le candidat propose un doublement des effectifs de police municipale avec une extension des horaires d’action 24h/24 et 7jours/7. “Nous donnerons à notre police municipale les moyens d’agir efficacement, de la prévention à la répression. C’est surtout par une volonté́ politique claire et sans ambiguïté́ que nous mobiliserons tous les acteurs de la sécurité́. Nous renforcerons les coopérations avec la police nationale et mettrons en place un réseau de 135 cameras supplémentaires de vidéosurveillance pour faciliter le travail des unités de police. Nous ne devons abandonner aucun territoire à la délinquance.” 

Même dénonciation de la part de la candidate En Marche, Carole Gandon. “Les habitants des quartiers populaires sont les premières victimes du climat de laisser-faire qui règne à Rennes”, confie-t-elle. “À #Villejean#Cleunay#Maurepas, la #Bellangerais, au #Blosne… tous nous disent leur exaspération face à l’aveuglement de l’équipe socialiste, à son absence sur le terrain. Nous payons aujourd’hui le prix du renoncement d’hier. Pour empêcher l’escalade: prévention, médiation, présence de la police municipale dans les quartiers, zéro tolérance face aux incivilités. “Il y a un an, nous évoquions l’insécurité dans le quartier de Villejean et il y a également trois ans

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire