5.5 C
Rennes
jeudi 18 avril 2024
AccueilActualitésUNIVERSITES RENNAISES : DERNIERES DE LA CLASSE ?

UNIVERSITES RENNAISES : DERNIERES DE LA CLASSE ?

On ne peut être sous le feu de l’actualité et être la meilleure université du monde. On ne peut pas être altruiste et rechercher la performance. Sans surprise, Rennes ne figure pas parmi les meilleures facultés du monde au classement de Shangaï (palmarès mondial des universités). Elle n’est même pas parmi les 400 premières, se faisant griller la politesse par Paris VI (39e), Paris XI (41e), Ecole Normale Supérieure de Paris (87e) et par de nombreuses universités de province : Aix-Marseille, Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Toulouse, Lorraine et Montpellier. Bref, Rennes est dans les choux comme par ailleurs Nantes et Brest !

Mais que l’on se rassure pour Rennes, les Françaises ne sont guère mieux. Elles sont bien loin derrière les premiers de la classe, américains et anglais. « La France conserve certes vingt-deux établissements dans le top 500 mondial, mais passe de la 5e à la 6e place derrière les Etats-Unis, la Chine, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Australie, » note le très sérieux journal Le Monde dans son édition du 16 août 2016.

                                                 Satisfait mais…

Au regard de ces résultats, le secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, Thierry Mandon, se dit « satisfait » dans les colonnes du Monde. Mais malgré tout…il compte bien demander au service d’inspection de son ministère de se « pencher sur la façon dont les classements pourraient être pris en compte dans les politiques de site des établissements. » Car il y a peut-être péril en la demeure… « ll faut se débrouiller pour ne pas chuter d’année en année», estime Geneviève Fioraso, ancienne secrétaire d’Etat. « Sinon cela donne lieu à des articles désagréables et nuit à la visibilité à l’international.» Un son de cloche partagé par Ghislaine Filliatreau, membre du conseil consultatif international du classement de Shangaï. « Les universités doivent apprivoiser les classements malgré leurs limites, car ils ont des effets de réputation. »

A Rennes, on s’en tamponne le coquillard ! On s’en moque comme de l’an quarante ! On penserait beaucoup plus aux querelles de chapelle que de se battre pour l’image d’une université. « L’esprit de compétition est ailleurs, » note un professeur. «Beaucoup d’enseignants sont bien plus préoccupés par leur carrière personnelle, la défense de leur pré carré universitaire, de l’inanité de leur discipline et de leurs subventions. » Seule l’école supérieure de commerce de Rennes s’intéresserait au classement international. C’est dire…

 

 

La question du regroupement en filigrane !

Comme on le sait, Rennes 1 et Rennes 2 ne veulent pas se regrouper. Question de principe…Mais à force de désunion, on finit par rester tout seul dans son coin et l’on végète dans les profondeurs du classement. A Strasbourg ou à Marseille, en revanche, on a pris conscience de l’importance se regrouper. Le résultat ne s’est pas attendre. Les deux universités (pour ne citer qu’elles) sont largement devant Rennes. Il faut dire que le classement de Shangaï demande des fusions ou du moins un gouvernance unique.

 

Lire aussi : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/08/16/universites-le-classement-de-shanghai-fortement-discute_4983511_4355770.html

 

 

Jean-Christophe COLLET
Jean-Christophe COLLET
J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

// Dernières nouvelles publiées

JESSY, COACH FITNESS

Jessy Delaunay est un jeune coach indépendant fitness, à Rennes et ses environs. « Ma méthode flexible s’adapte à tous les niveaux et objectifs, que...
- Advertisement -
- Advertisement -

// Ces articles peuvent vous intéresser