CECI EST UN TEST 1
Actualités

UNE RAVE RÉVEILLE UNE PARTIE DE LA VILLE

test2

Ce dimanche 20 novembre, route de Lorient, des teufers rentrent à pied vers le centre-ville. Ils sont éparpillés le long de la voie. Mais en les interrogeant sur le lieu de la rave, ils sont peu loquaces. « Va voir les condés (policiers en argot)! », explique l’un d’eux. Cent mètres plus loin, trois représentants des forces de l’ordre sont devant un entrepôt désaffecté à l’angle de la route de Lorient et de la rue Léon-Berthault où quelques teufers sont encore là, vers midi. « On s’en va », affirme l’un d’eux. 

Douze heures plus tôt, les organisateurs ont installé leur sonorisation. « Ils étaient encore 150 fêtards vers 11 heures », témoigne un policier. « Ils auraient été environ 500 au milieu de la nuit. » Ce dimanche, aucun incident n’est toutefois à déplorer. Mais, au parc du Thabor, ce matin où l’on entendait encore les décibels, un jogger ne décolérait pas. « Je suis verbalisé quand je gare ma voiture devant chez moi, mais aux fêtards, on ne leur dit rien, » explique-t-il. « J’ai été réveillé à cinq heures. J’ai cru que l’on me cambriolait », confie-t-il. Dans un café du centre-ville, un autre Rennais n’a lui pas dormi de la nuit. « Je pensais que c’étaient mes voisins. » 

Apparemment, la police n’a pas trouvé l’alimentation électrique de ces sauvages. C’est quand même dingue que l’on ne puisse pas arrêter un truc pareil.» Un Rennais, à trois km du lieu.

Dans la nuit du samedi 5 février 2022 au dimanche 6 février 2022, plus de 2 000 personnes s’étaient installées dans un hangar désaffecté de la zone industrielle de route de Lorient, rue Jean Le Hô. Quelques mois plus tard, le jeudi 6 octobre 2022, le préfet avait invité différents maires de la région et des programmateurs, dans les locaux de la préfecture de Rennes pour évoquer les « teufs ». Ce samedi, une fête de musique électronique avait également lieu dans les locaux du Jardin moderne, non loin de la rave.  

 

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire