Actualités Insolite

UN PORT, DES PÉNICHES, DES HALTES FLUVIALES : LA VILAINE NE SERA PLUS “RANCE” !

Un jour, il faudra nous expliquer pourquoi les élus de notre ville ont tendance à complexifier les choses pour présenter un beau projet. Lors du dernier conseil municipal, ce lundi 9 décembre, Sébastien Séméril, adjoint au maire, n’a pas trouvé les mots pour évoquer avec subtilité et éloquence le futur port de l’Ile d’Apigné, les haltes nautiques et les futures péniches. Au diable le vocabulaire maritime et fluvial, au diable les envolées lyriques de nos écrivains maritimes, il a préféré parler de “co-maîtrise d’ouvrage”, “critères d’attribution des autorisations de stationnement”, “valorisation de voies navigables” ou encore “d’études de faisabilité.”

Pourtant, leur projet envoie du “beau” ! Dans un “contrat de canal” élaboré durant deux ans, il promet entre 2020 et 2026 l’aménagement d’un port sur l’ile d’Apigné ainsi que de trois haltes fluviales : Saint-Martin, Saint-Cyr et Barbotière. “Demain, vous arriverez à Rennes en péniche puis vous prendrez le métro pour découvrir la ville”, convient l’élu Sébastien Séméril. Tout aussi insolite, la ville envisage l’arrivée de bateaux de transport des passagers le long des berges de la Vilaine et de la Rance, l’accueil de bateaux-logements sur les quais Saint-Cyr, Saint-Martin et Alain Gerbault ou encore de bateaux-commerces.  “Un appel à̀ projets a été publié́ au printemps 2019 en vue de pourvoir 5 emplacements le long du canal d’Ille et Rance et du quai Saint-Cast à compter du 1er avril 2020. Les projets retenus seront dévoilés début 2020”, a noté Sébastien Séméril.

Cette présentation a suscité l’assentiment des écologistes. “Depuis deux siècles, Rennes a tourné petit à petit le dos à ses rivières”, a noté Mathieu Theurier. “Les temps changent et c’est pour nous écologistes une excellente nouvelle. Ce contrat vise à faire de Rennes une destination “écotouristique” en confortant notamment le tourisme nautique et à vélo.” Mais les écologistes veulent aller plus loin. Ils demandent une étude d’impact sur le port du Baud-Chardonnet, une étude plus fine des capacités de transports de marchandises par bateau. “Pendant longtemps les commerces de centre-ville étaient desservis par la Vilaine et on pourrait parfaitement imaginer demain que les producteurs bio qui sont aux portes de Rennes, livre le marché du Mail en péniche”, a ajouté l’élu.

Les souhaits des écologistes :  “Dès 2020 une étude doit être initiée pour rendre aux piétons et aux vélos le boulevard de Chézy qui longe le canal d’Ille-et-Rance car il est un lien entre les prairies Saint-Martin et la Vilaine. Nous souhaitons une piétonisation des quais nord depuis la place de Bretagne jusqu’au boulevard Maginot pour permettre la flânerie en bord de Vilaine. Nous désirons ouvrir des espaces de natures en ville et consolider le réseau vélo. Nous voulons supprimer le parking Vilaine afin qu’il ne devienne plus qu’un mauvais souvenir.” 

A propos de l'auteur

Jean-Christophe COLLET

J-C Collet est journaliste et auteur (Lieux romantiques à Paris, Bretagne Chic, On dit qu'en Bretagne, Bretagne pas chère, Livre blanc sur le Nucléaire...).

Laisser un commentaire