CECI EST UN TEST 1
Actualités Archives

UN CHU CLINQUANT NEUF EN 2025

Ecrit par Dragan Brkic
test2

Alors que les urgences du CHU de Rennes sont engorgées par les malades de la grippe et par des conditions de travail de plus en plus dégradées, la maire de Rennes et présidente du centre hospitalier, Nathalie Appéré, n’avait plus trop le choix. Il fallait apaiser la colère des hospitaliers (8500 employés et médecins). Lors de ses vœux au monde économique, vendredi 13 janvier 2017, elle a annoncé la construction d’ici 2025 d’un nouveau CHU.

Les travaux auront lieu à cet endroit.

Depuis plusieurs mois, les salariés et les syndicats SUD et CGT sont en grève contre les problèmes récurrents des urgences rennaises. Ils réclament à leur hiérarchie des moyens pour sécuriser leur travail et pallier aux non-remplacements des arrêts de maladie, au matériel qui fait défaut, à l’engorgement des urgences. “C’est une situation intolérable”, confie Pierre travaillant aux Urgences. “Les salariés sont sous pression managériale. Ils doivent faire face aux menaces d’un certain public, au phénomène d’alcoolisation et à la surcharge de travail liée à la “bobologie”. Dernièrement, nous avons connu un taux d’occupation frisant les 300 % !”

Tous ces problèmes sont enfin pris en compte par la maire de Rennes, Nathalie Appéré, qui est aussi Présidente du directoire du CHU. Mais personne ne s’attendait à une réponse de cette envergure ! A part ceux qui connaissent le dossier hospitalier… “L’intérêt de Nathalie Appéré pour un nouvel équipement hospitalier ne date pas d’aujourd’hui,” indique un médecin.  “L’idée avait été émise lors des dernières élections municipales. La maire évoquait déjà la dispersion sur 5 sites de la structure hospitalière générant des déplacements inutiles et des coûts de fonctionnement élevés.”

Déjà évoqué à plusieurs reprises l’an passé par la directrice générale Véronique Anatole-Touzet, ce projet « pharaonique » est d’ores et déjà estimé à 537 millions d’euros. Son chantier se situerait sur le site actuel des laboratoires du CHU situés à l’entrée de l’hôpital. Il serait opérationnel en 2025 avec une livraison des premiers bâtiments envisagée dès 2023.

                                                      Opérationnel en 2025

A l’annonce de cette nouvelle, les salariés du CHU sont globalement satisfaits. “C’est un projet cohérent et de qualité”, estime Christophe. “C’est la confirmation de nos souhaits et d’une politique lancée par la direction hospitalière.” Mais aussi attendu soit-il, le futur centre n’en demeure pas moins sujet à questionnement. “Il faudra trouver le budget et réaliser les travaux tout en assurant la bonne marche de l’hôpital.”

Salarié aux urgences, Pierre en appelle même à la concertation de tous pour éviter des précédents désastreux. “En septembre 2006, des travaux ont été entrepris pour rénover le centre urgence-réanimations. Mais pour quel résultat ? Nous travaillons dans un quasi-labyrinthe architectural où tout le monde a du mal à se situer… Cet argent dépensé n’a servi à rien. Il faudra bien réfléchir à ce que l’on fait !”

À tout prendre, Alex, étudiant en médecine, préférerait une sorte de division du travail. «Je voudrais travailler dans un système médical organisé et structuré où l’orientation existerait en amont et où l’on disposerait de structures périphériques en mesure de soigner des petites pathologies». Il soumet d’ailleurs une proposition : “pourquoi les pharmaciens ne pourraient-ils pas accueillir, orienter, voire soigner une clientèle spécifique, surtout la nuit ?”

                                                   Un projet concerté ?

A Rennes, la construction d’un nouveau CHU semble remporter l’unanimité. Même si certains s’interrogent sur le coût financier d’une telle opération. «La collectivité doit bien évidemment participer à cet équipement d’utilité publique. Mais nous avons déjà beaucoup de grands chantiers en cours et les Rennais paient déjà cher par le biais des augmentations des impôts ».

Somme toute, le projet de la maire de Rennes ne trouvera pas a priori beaucoup d’opposants. La nécessité d’un projet d’hôpital neuf est naturellement consensuelle. Sauf que l’élection présidentielle s’annonce dans quelques mois. Sauf que Marisol Touraine, ministre de la Santé et avec laquelle a travaillé Nathalie Appéré, ne sera peut-être plus aux affaires…

POUR EN SAVOIR PLUS

Nathalie Appéré la joue très fine ! En faisant cette annonce, Nathalie Appéré porte un projet social et économique pour sa prochaine mandature. Elle prend également les devants en cas de changement de majorité présidentielle et d’arbitrage financier et hospitalier en défaveur de Rennes. “Nous avons travaillé pour l’avenir hospitalier rennais”, pourra-t-elle toujours prétexter devant les Rennais. “Ce n’est pas de notre faute si notre programme n’a pas été retenu…”

 

A propos de l'auteur

Dragan Brkic

Écrivain, j'ai publié Le Petit Noir des Balkans, Prière d'insérer, La condition pénitentiaire, Footness et Comprendre la délinquance française.

Laisser un commentaire