CECI EST UN TEST 1
Actualités

TENSIONS DEVANT BRÉQUIGNY : LA LYCÉENNE BLESSÉE PORTE PLAINTE

test2

Jeudi 27 janvier 2022, à 6 h 30 du matin, devant Bréquigny, des lycéens (ou des intrus selon le proviseur du lycée) ont bloqué l’accès de l’établissement avec l’aide de poubelles, en marge de la manifestation nationale pour la revalorisation des salaires et des minimes sociaux. Face à ce blocage, le proviseur de l’établissement a demandé l’aide des forces de l’ordre. Au cours de l’intervention, deux lycéens ont été blessés (voir notre article). “Une plainte a été déposée hier à la brigade de gendarmerie de Hede Bazouges par une lycéenne, âgée de 16 ans. Elle fait état d’une blessure à la tête reçue à l’occasion du mouvement devant le lycée Bréquigny”, explique le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc. “Une examen médico légal a été programmé afin de déterminer notamment l’ITT (incapacité totale de travail) de la victime. L’antenne IGPN de Rennes a été saisie par le parquet de Rennes afin de déterminer les circonstances précises de ces blessures.” Dans un communiqué publié ce jour par les réseaux sociaux, les organisations syndicales d’Ille-et-Vilaine FSU, SUD Éducation, CGT éduc’action, snFOlc font part de leur indignation. “La police est intervenue pour en dégager l’entrée en utilisant la force dans des proportions démesurées”, expliquent-elles. “Le chef d’établissement sans doute sur conseil du recteur a pris la lourde responsabilité de faire appel à la police pour empêcher la mobilisation des jeunes devant leur établissement. Déjà, l’an dernier, nous dénoncions une interpellation d’une élève frappée au visage et arrêtée pour avoir déplacé une poubelle. Nous constatons que la police n’hésite pas à faire usage des matraques, gaz lacrymogènes et à brandir les lanceurs de balles de défense à l’encontre de nos jeunes. Jusqu’où ces violences vont-elles aller ? Nous demandons audience auprès du Recteur d’Académie afin de faire toute la lumière sur cet évènement inacceptable. Nous demandons à la Préfecture de contenir ses forces de l’ordre et de les faire revenir à la raison en mettant fin à ces actes de violences intolérables, inutiles et démesurés.”

A propos de l'auteur

jean-christophe collet

Pour tout contact. 06 75 37 16 66

Laisser un commentaire